Droits humains

L’administration entendra-t-elle la voix des élus réunionnais ?

Le collectif “Non au racisme et aux discriminations ! Respekt a nou !”

Témoignages.re / 21 septembre 2010

Le Conseil régional et le Conseil général ont adopté la motion « relative aux propos racistes tenus par un professeur de l’Education nationale » présentée par le collectif “Non au racisme ! Respekt a nou !”.

Le collectif “Non au racisme et aux discriminations ! Respekt a nou !” se félicite de l’adoption par le Conseil général et le Conseil régional des motions « relatives aux propos racistes tenus par un professeur de l’Education nationale » que nous avons présentées aux deux assemblées en juin dernier et reproduits ci-dessous.
Le Conseil général a validé la motion en date du 30 juin 2010 ; le Conseil régional a voté “pour” à l’unanimité le 7 septembre 2010.
Nous espérons à présent que l’Education nationale et le Rectorat de l’Académie de La Réunion entendront la voix légitime de nos représentants élus.
Le Conseil régional a par ailleurs unanimement voté pour se joindre à la plainte déposée par notre collectif devant le Procureur de la République pour propos racistes.

Voici les motions reproduites ci-après :

Assemblée plénière du Conseil régional du 24 juin 2010

Motion relative aux propos racistes tenus par un professeur présentée par les conseillers régionaux du groupe de l’Alliance

Considérant les propos injurieux à caractère raciste et incitant à la haine raciale tenus par un professeur fonctionnaire d’Etat le 8 juin dernier, alors qu’il comparaissait devant le Tribunal correctionnel pour agression sexuelle sur deux jeunes réunionnaises ;
Considérant que depuis la loi du 29 juillet 1881, le prononcé de propos racistes ou incitant à la haine à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée est réprimé pénalement, et ce, particulièrement lorsque les attaques incriminées s’adressent au public ;
Considérant la loi du 1er juillet 1972 relative à la lutte contre le racisme et la loi du 13 juillet 1990, dite loi “Gayssot” qui tend à réprimer tout propos raciste ;
Considérant la plainte qui a été déposée contre cet individu par des Réunionnaises et des Réunionnais
Considérant que toute personne attachée aux principes de la République et de la dignité humaine, ne peut admettre qu’un individu qui a tenu publiquement de tels propos puisse continuer à agir au sein de l’Education nationale et à enseigner à celles et ceux là mêmes qu’il a insultés ;
Considérant qu’un individu qui a tenu de tels propos n’est manifestement pas en mesure d’inculquer à des élèves les valeurs de tolérance, d’égalité, de respect et de dignité de la personne humaine propres à la République française, ici, à La Réunion et dans n’importe quel Département de France ;
Le Conseil régional :
demande au Gouvernement
de mettre en place les mesures nécessaires afin que ce professeur soit révoqué de l’Education nationale.
demande au Président du Conseil régional d’engager la procédure nécessaire pour associer le Conseil régional à la plainte déposée contre ce professeur par un Collectif de citoyens.

***

Assemblée plénière du Conseil général du 16 juin 2010.

Motion relative aux propos racistes tenus par un professeur de l’Éducation nationale

Considérant les propos injurieux à caractère racistes et incitant à la haine raciale tenus par un professeur fonctionnaire d’Etat le 8 juin dernier, alors qu’il comparaissait devant le tribunal correctionnel pour agressions sexuelles sur deux mineures ;
Considérant que depuis la loi du 29 juillet 1881, le prononcé de propos racistes ou incitant à la haine à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée sont réprimés pénalement ;
Considérant la loi du 1er juillet 1972 relative à la lutte contre le racisme et la loi du 13 juillet 1990, dite loi “Gayssot”, qui tend à réprimer tout propos raciste ;
Considérant que les élus que nous sommes ne pouvons admettre qu’un individu qui a tenu de tels propos puisse continuer à enseigner quoique ce soit à celles et ceux mêmes qu’il a traités impunément de « nègres » et autre insulte ;
Considérant qu’un individu qui a tenu de tels propos n’est manifestement pas en mesure d’inculquer à des élèves les valeurs de tolérance, d’égalité, de respect et de dignité de la personne humaine propres à la République française, ici, à La Réunion et dans n’importe quel Département de France ;

Les conseillers généraux demandent au Gouvernement :
De mettre en place les mesures nécessaires afin que ledit professeur soit révoqué de l’Education nationale.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Pourquoi M. Copy est’il mieux traité qu’un ministre ou un préfet ?

    Pourquoi pour les mêmes faits sans les mêmes dires, celui d’ici écope 2 ans d’emprisonnement.

    Qu’a-t-il de plus, est-ce alors comme il le dit, comme il l’écrit le fait d’être "métro" lui donne cette supériorité du langage, comme dans une fable de la Fontaine, ne se prendrait-il pas pour le corbeau ? Laissant tomber son fromage, mais ici personne n’en veut , comment condescendre pour si peu.

    J’espère que la morale de l’histoire, au delà de l’exemplarité, se termine par la révocation, pure et simple.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com