Droits humains

L’éradication totale de la faim priorité du nouveau Directeur général de la FAO

Lutte pour les droits humains

Témoignages.re / 5 janvier 2012

Deux jours après sa prise de fonction, M. José Graziano da Silva a annoncé mardi, au cours de sa première conférence de presse en qualité de Directeur général de la FAO, qu’en tête de ses priorités figurait l’élimination totale de la faim et de la sous-alimentation dans le monde.

M. Graziano da Silva a souligné qu’il n’y avait pas de temps à perdre d’ici la fin de son mandat qui s’achève dans trois ans et demi seulement. Et pour commencer, la FAO accordera un soutien accru à un certain nombre de pays à faible revenu et à déficit alimentaire, notamment ceux qui sont confrontés à des crises prolongées.
« L’élimination de la faim nécessite l’engagement de tout un chacun : ni la FAO, ni aucune autre agence ou aucun gouvernement ne peut gagner cette guerre tout seul », a dit notamment M. Graziano da Silva. Et d’ajouter qu’il avait l’intention de travailler « de la manière la plus transparente et démocratique » avec les États membres, les agences de l’ONU, le secteur privé, la société civile et les autres partenaires.
L’éradication de la faim est la première parmi cinq priorités stratégiques que M. Graziano da Silva entend poursuivre à la tête de la FAO. Les quatre autres, a-t-il indiqué, sont : progresser vers des systèmes de production et de consommation alimentaires plus durables ; assurer une plus grande équité dans la gestion mondiale de l’alimentation ; compléter la réforme et la décentralisation de la FAO ; et développer la coopération Sud-Sud.

Rebâtir la confiance

« Nous devons rebâtir la confiance entre le Secrétariat et les États membres pour progresser. A cet égard, j’ai l’intention de promouvoir des relations transparentes et constructives avec les États membres et les organes directeurs de la FAO », a-t-il affirmé.
M. Graziano da Silva a également indiqué qu’il s’emploierait à rendre la FAO plus efficace et réactive grâce à la réduction des coûts administratifs et à des gains d’efficience. A ce propos, il a souligné que les coupes pour une efficience accrue ne devraient pas nuire au travail technique de la FAO mais qu’ils permettraient au contraire de renforcer l’assistance directe de l’Organisation aux pays.
« Je suis persuadé que l’Organisation peut apporter une contribution significative et croissante à la sécurité alimentaire, à la production et à la consommation alimentaires durables dans le monde », a conclu M. Graziano da Silva.

 « La lutte contre la faim doit être liée aux autres défis mondiaux »

Le nouveau Directeur général de la FAO a renouvelé l’accent sur la sécurité alimentaire en offrant d’intensifier le soutien de l’Organisation aux pays à faible revenu et à déficit alimentaire, plus particulièrement ceux qui sont confrontés à des crises prolongées.
« Nous allons créer des équipes qui rassemblent les compétences de l’Organisation en matière de conseils politiques, planification des investissements, mobilisation des ressources, interventions d’urgence et développement durable », a déclaré M. Graziano da Silva.
« L’éradication de la faim ne doit pas être dissociée des réponses à d’autres défis mondiaux, tels que la relance des économies nationales, la protection des ressources naturelles de la dégradation et l’atténuation ainsi que l’adaptation au changement climatique », a-t-il ajouté.

925 millions de personnes souffrent de la faim

La FAO fut l’une des premières agences de l’ONU créée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à l’époque où l’avènement de la paix laissait espérer une réunion de conditions susceptibles de libérer l’humanité de la faim.
Plus d’un demi-siècle plus tard, quelque 925 millions de personnes souffrent toujours de faim chronique et de nombreux pays ne sont pas près d’atteindre le premier Objectif du Millénaire qui consiste à réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de personnes sous-alimentées et vivant dans la pauvreté extrême.
En tant que Directeur général, M. Graziano da Silva aura des objectifs multiples, notamment l’éradication de la faim, la production alimentaire et la consommation durables, une plus grande équité dans la gestion de l’alimentation mondiale, le parachèvement de la réforme organisationnelle de la FAO pour en améliorer l’efficience, la transparence et la responsabilisation ainsi que l’expansion des partenariats et de la coopération Sud-Sud.

Le huitième Directeur général de la FAO

Le nouveau Directeur général succède à M. Jacques Diouf (Sénégal) qui a dirigé la FAO de 1994 à 2011. Il devient ainsi le huitième Directeur général de l’Organisation. Le mandat de M. Graziano da Silva doit prendre fin le 31 juillet 2015.
En 2003, M. Graziano da Silva était responsable de la conception et de la mise en œuvre du programme "Faim Zéro" au Brésil, qui connut un franc succès. Avant d’être élu à la tête de la FAO, il était de 2006 à 2011 Sous-Directeur général, Représentant régional de la FAO pour l’Amérique latine et les Caraïbes.
Né le 17 novembre 1949, M. Graziano da Silva est brésilien et italien de nationalité. Il est titulaire d’une licence en agronomie et d’une maîtrise en économie et sociologie rurales de l’Université de São Paulo ainsi que d’un doctorat en sciences économiques de l’Université d’État de Campinas. En outre, il détient deux diplômes post-doctorat en études latino-américaines (University College de Londres) et en études environnementales (Université de Californie, Santa Cruz).


Kanalreunion.com