Droits humains

L’Union européenne veut « zéro arrivée de migrants africains en Europe »

Sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’UE

Témoignages.re / 24 octobre 2017

Les arrivées en Europe des migrants africains empruntant la Route dite de la Méditerranée centrale, partant de Libye, ont diminué de 64 % selon un rapport de Frontex présenté au cours du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE, a déclaré vendredi, le Président du Conseil de l’UE, Donald Tusk.

JPEG - 80.8 ko

Mais a-t-il ajouté, « il est évident que nous devons savoir comment faire pour consolider cette tendance et atteindre zéro arrivée de migrants africains en Europe ».

Les contributions au Fonds fiduciaire spécial pour l’Afrique d’un montant de 1,8 milliard d’euros restent faibles, les Etats membres souhaitant une réduction à court terme de l’immigration illégale en lieu et place de l’objectif de développement à long terme.

Le fonds fiduciaire créé à cet effet, vise d’importants investissements pour le développement de l’Afrique afin que les candidats à l’émigration restent dans leurs pays.

Les députés européens ont, par ailleurs, approuvé un projet de refonte du système dit de Dublin pour lequel, ils demandent l’abandon du critère du premier pays d’entrée dans l’UE pour prendre en compte les liens réels, à savoir la famille, une résidence antérieure ou des études.

En l’absence de tels liens, il devrait être activé un mécanisme automatique de relocalisation. Pour les députés européens, un Etat membre qui refuserait la relocalisation d’un migrant devrait payer une amende de 250.000 d’euros par réfugié refusé.

Ainsi, les pays d’entrée seraient uniquement chargés d’enregistrer l’ensemble des personnes arrivées et d’évaluer la probabilité pour le migrant d’obtenir l’asile politique. En raison de la complexité du sujet de la migration, les dirigeants européens reviendront sur la question lors du Sommet du mois de décembre.