Droits humains

La « grève du sexe », un moyen de lutte

Journée Internationale des droits des femmes

Céline Tabou / 10 mars 2014

Depuis une décennie, les femmes ont décidé de se révolter en trouvant des moyens innovants. Au début du XXIème siècle est apparue la guerre du sexe. Méthode de résistance pacifique utilisée en majeure partie par les femmes, ces dernières privent volontairement les hommes de toutes pratiques sexuelles.

Avant la conférence sur « L’égalité Femmes-Homme est ou n’est pas » (dixit Aimé Césaire), la MIAC a diffusé le film de Radu Mihaileanu, « La source des femmes » (2011). Film poignant sur la condition féminine : la scolarisation des petites filles, la violence conjugale, les mariages arrangés, la soumission des femmes aux hommes, la contraception, des conditions sanitaires déplorables. Pour protester contre une tradition injuste d’envoyer les femmes (même enceinte) chercher de l’eau dans les montagnes, elles décident de faire « la guerre de l’amour ».

La « grève du sexe » pour changer le monde

En 2002, les femmes du Liberia grèvent pour établir la paix et obliger le gouvernement de Charles Taylor (président du Liberia de 1997 à 2003) à associer les femmes au processus de négociations, aux pourparlers de paix. En 2009, au Kenya, « Pas de réforme, pas de sexe ! », lance l’Organisation de développement des femmes, qui veut une résolution à la crise politique. Ces dernières vont jusqu’à proposer un dédommagement aux prostituées afin qu’elles s’associent au mouvement, interdisant toute échappatoire aux mâles en manque.

En 2011, les Belges grèvent pour exiger un gouvernement. La même année, en Colombie, « Pas de route, pas de sexe ». Les femmes décident de faire la grève du sexe, face au manque de volonté des hommes d’imposer aux autorités la construction d’une route. Après trois mois de grève, la construction a débuté.

En 2012, ce sont les femmes togolaises décident de faire grève forcer le président Faure Gnassingbe à démissionner. Le collectif « Let’s Save Togo » regroupe seize organisations de la société civile et mouvements d’opposition, a décidé d’utiliser l’abstinence sexuelle comme arme puissante pour le changement au Togo.

Céline Tabou


Kanalreunion.com