Droits humains

Le PCR et la tragédie des naufrages en Méditerranée et à Mayotte

Solidarité entre les peuples

Parti Communiste Réunionnais / 3 mai 2016

Au lendemain de l’annonce de nouveaux naufrages en Méditerranée, le Parti communiste réunionnais appelle les dirigeants européens à changer de politique vis à vis des réfugiés, et souligne que depuis déjà plus de 20 ans, il existe au large de Mayotte un des plus grands cimetières marins du monde.

JPEG - 52.8 ko
Réfugiés sur l’île grecque de Lesbos. (photo Louisa Gouliamaki/IRIN)

Dimanche 1er mai, le Haut commissariat aux Nations Unies a annoncé de nouveaux drames. Une centaine de personnes sont portées disparues après le naufrage de plusieurs embarcations de fortune au large de la Libye. Voici deux semaines, près de 500 réfugiés étaient morts suite au chavirage de leur bateau en pleine Méditerranée.

Depuis le début de l’année, 1244 personnes ont perdu la vie en tentant de se rendre en Europe. L’accord conclu entre l’Union européenne et la Turquie a repoussé le flux des réfugiés de la mer Égée vers la traversée beaucoup plus périlleuse de la Méditerranée centrale.

Cette zone du monde est devenue un des plus grands cimetières marins du monde. Elle dispute cette triste distinction à une région située tout près de nous : l’archipel des Comores.

Depuis la mise en place d’un visa pour les habitants d’Anjouan, de Mohéli et de la Grande Comore souhaitant se rendre à Mayotte, plusieurs milliers de personnes ont disparu dans le bras de mer séparant Anjouan de Mayotte. La crise qui se déroule aux frontières de l’Europe est la répétition de celle qui se déroule depuis plus de 20 ans dans l’océan Indien.

Le PCR s’élève contre les décisions prises par les dirigeants européens et rappelle que quand l’Europe a vécu sa transition démographique, des dizaines de milliers de ressortissants de ces pays sont allés peupler l’Amérique et l’Australie au prix de la quasi-disparition des peuples premiers.

Cette leçon de l’histoire doit amener les responsables européens à faire preuve de plus d’humanité. C’est d’autant plus important que des personnes qui risquent leur vie pour se rendre sur ce continent sont victimes de conflits dans lesquelles la responsabilité de l’OTAN est pleinement engagée : guerres en Afghanistan, en Irak, en Libye, déstabilisation du Sahel et du Moyen-Orient. D’autres sont chassées de leur pays par la grande pauvreté et les catastrophes climatiques, résultat de politiques menées notamment en Europe.

Le PCR rappelle que les Réunionnais sont tous des descendants d’immigrés, car notre île était inhabitée voici 350 ans au début de son peuplement. Le PCR fait part de sa pleine solidarité avec tous les réfugiés qui renvoient au sort des ancêtres des Réunionnais, et appelle les responsables européens à changer de politique.

Fait au Port, ce lundi 2 mai 2016

Le Bureau de presse


Kanalreunion.com