Droits humains

Le racisme impuni

Six jours après que tous les Réunionnais aient été insultés au Tribunal

Manuel Marchal / 14 juin 2010

« Je suis blanc et de toute façon, ici c’est des nègres et toutes des p… et c’est comme cela qu’il faut faire », voilà ce qu’a déclaré un fonctionnaire d’État muté à La Réunion à la barre d’un tribunal mardi dernier. Six jours après, ces propos sont toujours impunis.

Après avoir été nommé au Gabon, au Nicaragua, en Guyane et à Mayotte, un fonctionnaire est muté à La Réunion. Mardi, il est jugé au tribunal pour avoir agressé sexuellement deux jeunes Réunionnaises. Appelé à expliquer son geste, le fonctionnaire déclara : « Je suis blanc et de toute façon, ici c’est des nègres et toutes des p… et c’est comme cela qu’il faut faire ».
Prononcé par un prévenu à la barre du Tribunal correctionnel, ces propos ne déclenchèrent pas de réaction à l’hauteur de l’attaque raciste que venaient de subir les Réunionnais. Ils ont juste été qualifiés de « comportement inquiétant » par le vice-procureur.
Pour l’agression physique et morale de deux Réunionnaises, le fonctionnaire a été condamné à 5 mois de prison avec sursis, et 1.000 euros d’amende. Quant à l’agression raciste contre tous les Réunionnais, elle n’a pas fait l’objet de poursuite.
Ces faits se sont produits voici six jours. Et six jours après, force est de constater que le racisme reste impuni. Car où sont les poursuites ? Où sont les sanctions de la hiérarchie ? Où sont les condamnations ?
Mises à part ces 60 dernières années, La Réunion a été dominée par un régime fondamentalement raciste, c’était l’esclavage, puis la colonisation. 64 ans après l’abolition du statut colonial, le racisme est toujours présent dans notre île. Mais l’événement de mardi dernier démontre toute la gravité de la situation. En 2010, il existe à La Réunion des personnes qui font la démarche de venir vivre dans notre île avec la garantie de l’emploi, tout en considérant notre peuple comme moins que rien. Et en 2010, ces personnes n’hésitent pas à dire publiquement leur racisme, et dans l’enceinte d’un tribunal en prime.
Pendant combien de temps encore pourra-t-on dire tranquillement et en toute impunité que les Réunionnais sont « des nègres », et les Réunionnaises « toutes des p… » ?

 Manuel Marchal 


Kanalreunion.com