Droits humains

Les gendarmes fixés sur leur sort le 19 juillet

Affiche raciste à la gendarmerie de Bras-Panon

Témoignages.re / 6 juillet 2011

Dans l’affaire du tract raciste affiché sur le tableau de service à la gendarmerie de Bras-Panon fin mai 2011, les deux gendarmes mis en cause ont comparu hier devant le Tribunal correctionnel de Saint-Denis. Ils sont poursuivis pour incitation à la haine raciale. La décision a été mise en délibéré au mardi 19 juillet. Le commandant de brigade et le gendarme poursuivis encourent une peine de 1 an d’emprisonnement et 45.000 d’euros d’amende.

L’affaire avait été révélée par le “Journal de l’Île” le vendredi 27 mai et elle avait provoqué la colère du préfet, Michel Lalande. Accompagné par le Colonel Philippe Le Mouël, commandant du groupement de la gendarmerie de La Réunion, le préfet avait tenu une conférence de presse dès le vendredi en fin d’après-midi. Il avait dit sa « colère », son « indignation » et avait assuré « il s’agit de faits isolés qui portent atteinte à la confiance que la population doit avoir vis-à-vis des forces de l’ordre ». « Nous ne lâcherons pas l’affaire », avait encore assuré le préfet, en indiquant qu’il avait adressé un courrier d’excuse au président du Conseil régional du culte musulman à La Réunion. 

L’affiche discriminatoire dresse le portrait des « Niketamèr, un nouvel animal introduit en Europe de l’Ouest ». Cette caricature vise la communauté maghrébine de métropole et donne une fiche signalétique de ces jeunes tout en faisant un amalgame entre l’origine et le statut de délinquant. 

Le tract raciste estime par ailleurs que « la prolifération (des Niketamèr - NDLR) est dangereuse pour l’équilibre de notre système judéo-chrétien » et regrette que « cet animal » fasse l’objet « d’une interdiction de chasser ».


Motion du Collectif "Non au racisme et aux discriminations. Respèkt anou"

Le 31 mai 2011, le Collectif "Non au racisme et aux discriminations. Respèkt anou" s’était rendu à la gendarmerie de Bras-Panon pour déposer une motion relative à l’imprimé raciste qui avait été affiché dans ce lieu recevant du public.
Voici le contenu :

« Considérant l’article du “JIR” du 27 mai 2011 relatant l’affichage de caricatures et propos racistes dans les locaux de brigade de gendarmerie de Bras-Panon ;

Considérant le communiqué de la gendarmerie de La Réunion déplorant ces agissements, demandant la suspension du commandant mis en cause et saisissant le parquet « afin que toute lumière soit faite sur ces faits graves » ;

Considérant le communiqué de la Préfecture rappelant que le prononcé ou la publicité de propos racistes font l’objet de sanctions pénales ;

Considérant que les gendarmes sont dépositaires de l’autorité publique et sont garants de l’ordre public ;

Considérant que le respect, par ce corps, des lois et règlements de la République, de la personne humaine, de même qu’une stricte neutralité dans l’exercice de ses fonctions doivent être entiers et inaltérables afin que soient garanties la pérennité des valeurs républicaines ainsi que la cohésion sociale ;

Considérant que toute personne, quelle que puisse être soit son appartenance communautaire, religieuse, philosophique ou ses origines a droit au respect et à la dignité ;

Le collectif “Non au racisme et aux discriminations. Respekt anou !” demande à la gendarmerie et à la Préfecture de La Réunion de veiller à ce que la procédure disciplinaire enclenchée à l’encontre du ou des auteurs de tels faits soit menée jusqu’à son terme et aboutisse à la révocation. »


Kanalreunion.com