Droits humains

Les violences contre les femmes dénoncées par l’ONU

Cause et conséquence d’inégalités sociales et économiques

Témoignages.re / 25 octobre 2010

Un rapport de l’ONU indique jeudi que la violence contre les femmes restait largement répandue à travers le monde, aggravée par les traditions et les pratiques coutumières déterminant la manière dont les femmes sont traitées dans les familles, les communautés et au travail.

« Ce fléau est un obstacle à la réalisation des objectifs d’égalité, de développement et de paix », souligne le rapport intitulé “Femmes du Monde 2010 : Tendances et Statistiques”, publié par le Département des Affaires économiques et sociales des Nations Unies (DESA).
Il soutient que « dans toutes les sociétés, à un degré plus ou moins élevé, les femmes et les filles sont soumises à des violences physiques, sexuelles et psychologiques quelle que soit leur situation économique ou sociale ».
« Le statut social et économique inférieur des femmes peut être à la fois la cause et la conséquence de cette violence », souligne le rapport, qui fournit également les dernières statistiques sur la situation des femmes dans les domaines de la population, la santé, l’éducation, le travail, le pouvoir et la prise de décisions, l’environnement et la pauvreté.
En s’exprimant lors du lancement du rapport, le secrétaire général adjoint de l’ONU pour le Développement économique, Jomo Kwame Sundaram, a déclaré que « ce rapport 2010 constate des progrès dans l’ensemble, y compris en ce qui concerne la scolarisation, la santé et la participation économique ».

Déséquilibre de 57 millions

M. Sundaram a cependant indiqué que « le rapport fait comprendre clairement qu’il reste encore beaucoup à faire pour réduire les inégalités entre les sexes dans la vie publique et prévenir les nombreuses formes de violence faites aux femmes ».
Un des autres points marquants révélés par ce rapport est qu’il y a environ 57 millions de plus d’hommes que de femmes dans le monde, avec des régions où les hommes sont minoritaires et vice-versa.
D’après le rapport, en Europe, il y a généralement plus de femmes que d’hommes, tandis qu’en Chine, le rapport est de 108 hommes pour 100 femmes.
« La tendance du recul de l’âge du mariage pour les femmes se maintient à travers le monde ; ce qui a des conséquences évidentes sur la fécondité qui a baissé globalement de 2,5 naissances par femme », a révélé M. Sundaram.
« Mais il y a des régions du monde où les femmes se marient tôt et portent plus de cinq enfants, en moyenne ; ce qui a pour conséquence de réduire l’accès des femmes à l’éducation, à l’emploi, ainsi que leurs chances de survie », a-t-il souligné.

70 à 90% du salaire d’un homme

D’après cette nouvelle publication, dans le domaine de la santé, les femmes sont plus exposées que les hommes aux maladies cardiaques dans le monde.
Elle explique qu’en Afrique subsaharienne, 270.000 décès (la moitié de la moyenne mondiale) liés à la grossesse et à l’accouchement ont été recensés en 2005, malgré l’augmentation de la proportion des femmes recevant des soins avant la naissance.
Le rapport ajoute également que, « dans le monde, le taux des filles inscrites à l’école primaire est passé de 79 pour cent à 86 pour cent entre 1999 et 2007, avec les régions d’Afrique de l’Ouest et du Centre qui ont les taux les plus faibles (- de 60%) ».
Le rapport souligne aussi que « si plus de femmes âgées de 25 à 54 ans travaillent dans la plupart des régions par rapport aux années 1990, leurs salaires représentent entre 70 et 90 pour cent de ceux des hommes ».
« Leur participation à la prise de décisions reste un sujet de préoccupation », selon le rapport.

Des lois inégalitaires

Il explique par exemple qu’en 2009, seulement 14 femmes dans le monde occupaient un poste de chef d’État ou de gouvernement et que, sur les 500 plus grandes entreprises mondiales, seulement 13 sont dirigées par des femmes.
Il révèle également que les ménages avec des mères célibataires avec de jeunes enfants sont souvent plus pauvres que ceux avec des pères célibataires avec de jeunes enfants.
Selon le rapport, les lois existantes limitent l’accès des femmes à la terre et aux autres biens dans la plupart des pays d’Afrique et dans près de la moitié des pays d’Asie.

JPEG - 44.8 ko
Le rapport indique que, quelle que soit leur situation économique ou sociale, « dans toutes les sociétés, à un degré plus ou moins élevé, les femmes et les filles sont soumises à des violences physiques, sexuelles et psychologiques ».

“État de la population mondiale en 2010”

Un rapport du Fonds mondial pour la population (FNUAP), intitulé “État de la population mondiale en 2010”, a révélé mercredi dernier que la discrimination des femmes ne les expose pas seulement aux pires effets des catastrophes et des guerres, mais prive également leurs pays d’un moteur principal pour la relance.
« Le rapport de cette année porte sur les trois R : Résistance, Renouveau et Redéfinition des rôles entre les garçons et les filles et entre les femmes et les hommes », a déclaré la directrice exécutive du FNUAP, Thoraya Ahmed Obaid, lors du lancement de ce rapport.
Le rapport du FNUAP montre comment les communautés et la société civile soignent les vieilles blessures et vont de l’avant, tout en insistant sur le fait qu’il reste encore beaucoup à faire pour s’assurer que les femmes aient accès aux services et la voix au chapitre dans les accords de paix et les plans de reconstruction.


Kanalreunion.com