Droits humains

Mobilisation pour protéger les droits des migrants en Méditerranée

WatchTheMed et Boats4People

Témoignages.re / 6 juillet 2012

Le bras de mer séparant Anjouan de Mayotte n’est pas le seul lieu où des êtres humains meurent noyés parce qu’ils sont contraints à une traversée clandestine pour pouvoir vivre dans un pays. La Méditerranée est aussi un lieu aussi dangereux, car c’est là que tentent de passer des milliers de migrants qui veulent aller en Europe. Des ONG se mobilisent pour que cette frontière invisible ne soit plus une zone d’arbitraire.

Alors que le bateau “Oloferne” de Boats4People est en mer, de nombreux autres participants à la campagne contribuent depuis la terre, et ce, à travers l’Afrique, l’Europe, et même les USA. Parmi eux, les initiateurs du projet de recherche Forensic Oceanography de l’Université de Goldsmiths, à Londres, qui, dans le cadre de B4P, ont lancé une nouvelle plateforme en ligne pour cartographier en temps presque réel les morts des migrants ainsi que les violations de leurs droits aux frontières maritimes de l’UE.
Une "Tour de contrôle civile" (aussi appelée "WatchTheMed") pour observer la Méditerranée tente de documenter les incidents en mer en puisant dans de nombreuses sources telles que des images satellites, les signaux de détresse envoyés par les garde-côtes, les informations fournies par les marins, la presse et les témoignages des migrants. Ces incidents sont inscrits dans la structure complexe de la Méditerranée : zones SAR qui se chevauchent, patrouilles maritimes, couvertures des radars, routes maritimes, zones de pêche, plateformes pétrolières.
En assemblant ces différentes sources en spatialisant les données, la plateforme WatchTheMed vise à devenir un nouvel outil pour exercer un droit de regard en Méditerranée et mettre un terme à l’impunité qui y règne concernant le traitement des migrants.
WatchTheMed est un projet pilote qui sera testé et affiné durant les trois semaines en mer de B4P. Aidez-nous à observer les frontières maritimes de l’UE, rapportez un incident en mer, une zone de patrouille ou des moyens de surveillance sur www.watchthemed.crowdmap.comobs@boats4people.org

Boat4People en 7 questions

Comment en sommes-nous venus à l’idée d’une flottille ?

- Cela fait plusieurs années que nombre d’organisations africaines et européennes interpellent en vain les gouvernements à propos des milliers de migrants qui, chaque année, meurent aux frontières de l’Union européenne. En Méditerranée, pour cette année 2011, le Haut Commissariat de l’ONU aux Réfugiés estime déjà à plus de 2.000 le nombre de noyades, alors même que sont présents dans la région non seulement les navires des garde-côtes et ceux des patrouilles de surveillance de Frontex, mais aussi les bâtiments militaires de la coalition engagée dans les opérations en Libye.

Face à ces trop nombreux naufrages, au silence des pays d’Europe qui se ferment dans leur refus d’accueillir les réfugiés, face aux politiques répressives qui criminalisent de plus en plus les migrations vers l’Europe, nous souhaitons revendiquer une Méditerranée solidaire et nous en sommes arrivés à la conclusion qu’il était impératif de passer à l’action.

Quels sont les objectifs concrets de Boats4People ?

- En organisant une flottille de la solidarité en Méditerranée, nous voulons :

- Dénoncer l’hécatombe qui a lieu actuellement dans les eaux entre la Tunisie et l’Italie

- Exercer un droit de regard citoyen sur les zones maritimes dans lesquelles se produisent des naufrages et dans les centres où sont enfermés celles et ceux qui arrivent en Italie

- Diffuser de l’information sur ce qui se passe en Méditerranée (à la presse, aux parlementaires, aux marins...)

- Rappeler à tous les exigences du droit de la mer (Convention des Nations unies sur le droit de la mer), ainsi que du droit d’asile (Convention de Genève sur les réfugiés)

- Récolter des témoignages afin d’alimenter des plaintes devant les instances internationales contre les acteurs en mer (gardes-frontières, Frontex, OTAN...) qui se rendraient coupables de non-assistance à personne en danger ou de refoulement de demandeurs d’asile

- Renforcer la solidarité euro-africaine en termes de migrations et de défense des droits des migrants

Qui porte le projet "Boats4People" ?

- Quelques dizaines d’organisations internationales et d’associations ou réseaux associatifs européens et africains se sont réunies autour du projet qu’elles ont baptisé "Boats4People". A été constitué un comité de pilotage international regroupant une quinzaine d’associations euro-africaines (voir la liste complète).

Quel sera l’itinéraire de la flottille et quand doit-elle partir ?

- L’objectif est que la flottille parte de Rome au printemps 2012 et se dirige vers le Sud de la Tunisie, en passant par la Sicile, Lampedusa, Malte, Tunis, Sfax, Ben Guardane. L’opération durera en tout trois semaines.

Comment sera composée la flottille ?

- Nous partirons avec un ou plusieurs bateaux à moteur ou à voiles capables d’accueillir au total une cinquantaine de passagers, équipage compris. Leur rôle sera multiple : servir d’observatoire en mer, diffuser de l’information en direct, donner l’alerte en cas de naufrage ou de rencontre avec des exilé(es) à la dérive, etc. Les bateaux qui souhaiteraient se joindre à la flottille sur tout ou partie du trajet pourront le faire. N’hésitez pas à nous contacter via l’adresse coord@boats4people.org pour davantage d’information à ce sujet.

Qui sera à bord des bateaux affrétés par les organisations de Boats4People ?

- Le but de la flottille est d’exercer un maximum de pression sur les autorités européennes. Nous souhaitons donc accueillir à bord des bateaux affrétés le plus grand nombre possible de personnes susceptibles de faire connaître la situation dans le canal de Sicile et de la dénoncer. C’est pourquoi nous procéderons par roulement de passagers à chaque escale.

Si vous êtes parlementaire, journaliste, artiste... et que vous souhaitez participer à une étape du trajet, merci de transmettre vos coordonnées complètes à l’adresse coord@boats4people.org

Le nombre de places à bord étant évidemment limité, les décisions concernant les embarquements seront prises collectivement par les associations du comité de pilotage avec le souci que le plus possible de pays soient représentés.

Une flottille de la solidarité en Méditerranée... et après ?

- Cette initiative n’est pas pour nous une fin en elle-même, mais un moyen d’alerte et un point de départ d’autres actions impliquant les deux rives de la Méditerranée. L’objectif est de tisser un réseau de personnes engagées auprès des exilé(es) (associatifs, militants, parlementaires, journalistes, marins, plaisanciers, artistes...) et avec les exilé(es) eux/elles-mêmes, afin d’exercer un droit de regard permanent sur ce qui se passe aux frontières de l’Union européenne et de lutter contre les politiques de répression des migrants menées par la plupart des gouvernements de part et d’autre de la Méditerranée. Nous n’excluons évidemment pas de renouveler l’initiative et d’affréter à nouveau des navires au cours des mois prochains.


Kanalreunion.com