Droits humains

Plus que jamais, non au racisme à La Réunion, en France et dans le monde entier !

Rassemblement à Saint-Denis près du parvis des Droits de l’Homme

Témoignages.re / 2 décembre 2013

Dans le cadre du mouvement de Marches contre le racisme en France, plusieurs associations ont organisé samedi un rassemblement à Saint-Denis.

JPEG - 51.9 ko
Plus d’une centaine de personnes ont participé à ce rassemblement contre le racisme.

À l’appel de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH - Section de La Réunion) et du Groupe Nord de La Réunion du mouvement Amnesty International, plus d’une centaine de personnes se sont rassemblées samedi après-midi près du parvis des Droits de l’Homme à Champ-Fleuri (Saint-Denis) pour combattre le racisme dans le pays et au plan mondial. Des représentants de plusieurs associations ont répondu à cet appel, ainsi que des responsables politiques, dont ceux du Parti communiste réunionnais, notamment Ary Yee Chong Tchi Kan, co-secrétaire général. Il y avait également des artistes, comme par exemple Marie-Armande Moutou.

JPEG - 97.8 ko
Virginie Hoarau, membre du Bureau de la Ligue des Droits de l’Homme à La Réunion : « Ensemble, nous nous dressons pour affirmer avec force : la République n’a d’avenir qu’égale, solidaire et fraternelle ».

Le rassemblement était animé par Dominique Rivière, secrétaire de la LDH, qui a présenté les divers intervenants. À commencer par Virginie Hoarau, membre du Bureau de la LDH, dont nous publions l’intervention ci-après. Ensuite, il y a eu un discours de trois représentants d’Amnesty International : la présidente, Monique Berthou ; la responsable du groupe Jeunes, Laetitia Hoareau ; et Stéphane Ducamp, membre du mouvement et président du Refuge. Nous publierons cette intervention dans une prochaine édition.

L

JPEG - 46.5 ko
Dominique Rivière, secrétaire général de la Ligue des Droits de l’Homme à La Réunion (au centre de la photo), a animé la manifestation.

a manifestation s’est terminée par quelques mots d’un autre responsable de la LDH, Axel Naillet, et de Dominique Rivière, qui ont appelé l’ensemble des Réunionnais à unir leurs forces pour continuer la lutte contre toutes les formes de racisme, de discriminations, d’inégalités et de non-respect des droits humains.

JPEG - 56.8 ko
Discours de la Ligue des Droits de l’Homme

Voici de larges extraits du discours prononcé par Virginie Hoarau, avec des intertitres de “Témoignages”.

Oui, en formant un grand cercle, saluons-nous les uns les autres sans distinction de fonction, de situation sociale, d’origine ethnique ou culturelle, de couleur de peau, de religion, d’opinion politique ou philosophique, sans distinction de sexe ou d’orientation sexuelle.

Faire vivre notre aspiration commune

Nous sommes ici pour communiquer notre énergie positive, pour exprimer ensemble les valeurs qui nous rassemblent, les valeurs de la République.

Nous sommes ici pour manifester notre engagement personnel et collectif à faire vivre notre aspiration commune à plus de justice, plus d’égalité, plus de fraternité.

C’est pourquoi, sans haine, ni revendication partisane, nous disons : stop ! ça suffit !… quand nous voyons les actes et les paroles racistes prétendre se libérer de la loi commune.

Stop ! Ça suffit !

Nous disons : stop ! ça suffit !… quand on instrumentalise la peur et la haine d’autrui.

Stop ! Ça suffit !… quand on embrigade nos jeunes dans un communautarisme sectaire, qui nie notre égale appartenance à la famille humaine.

Stop ! Ça suffit !… quand on s’attaque à l’un des nôtres issu des Outre-mers.

« Soyez sportifs !… Jouez le jeu ! »

C’est pourquoi, nous adressant à nos plus jeunes concitoyens de La Réunion et d’ailleurs, nous faisons nôtres les paroles du fameux discours « Jouer le jeu » prononcé par Félix Éboué lors d’une remise des Prix au Lycée Carnot de Pointe-à-Pitre le 1er juillet 1937 ; Félix Éboué, compagnon de la Libération, entré au Panthéon en même temps que les cendres de Victor Schœlcher.

S’adressant, selon ses propres mots, « à cette jeunesse que l’on sent inquiète, si incertaine devant les misères de tous les temps ; à cette jeunesse, devant les soucis matériels à conjuguer ; à cette jeunesse dont on veut de part et d’autre exploiter les inquiétudes pour l’embrigader » , Félix Éboué disait cette « formule qui permet de gagner, sinon à tous les coups, mais de gagner sûrement en définitive ». « Soyez sportifs !… Jouez le jeu ! ».

« Être désintéressé »

« Jouer le jeu, c’est être désintéressé ». « Jouer le jeu, c’est piétiner les préjugés, tous les préjugés, et apprendre à baser l’échelle des valeurs sur les critères de l’esprit ».

« Jouer le jeu, c’est mépriser les intrigues et les cabales, ne jamais abdiquer, malgré les clameurs ou les menaces, c’est poursuivre la route droite qu’on s’est tracée ».
« Jouer le jeu, c’est savoir tirer son chapeau devant les authentiques valeurs qui s’imposent et faire un pied de nez aux pédants et aux attardés ».


« Jouer le jeu, c’est aimer les hommes, tous les hommes, et se dire qu’ils sont tous bâtis sur une commune mesure humaine qui est faite de qualités et de défauts (…) ».

Une parole jeune et rebelle

Oui, nous sommes ici pour exprimer une parole jeune et rebelle qui refuse l’extrémisme et les fantasmes d’un autre temps.

Ensemble, nous nous dressons pour affirmer avec force : la République n’a d’avenir qu’égale, solidaire et fraternelle.


Kanalreunion.com