Droits humains

Poursuivons la lutte pour vaincre le racisme

Dans deux jours, les 70 ans de l’Appel du 18 juin

Manuel Marchal / 16 juin 2010

Dans deux jours, c’est la célébration du 70ème anniversaire de l’Appel du 18 juin prononcé par le Général de Gaulle. La lutte contre le racisme était au cœur du combat de tous ceux qui ont répondu à l’appel du fondateur de la France libre, et notamment des jeunes Réunionnais, dont Paul Vergès, qui sont entrés dans la bataille dès 1942, au moment où partout triomphaient des armées qui voulaient établir le règne absolu du racisme. 70 ans après cet appel à la Résistance contre l’idéologie raciste, cette dernière est toujours présente dans notre île. Les propos tenus par un fonctionnaire à la barre d’un tribunal souligne que le combat des Résistants de la France libre est plus que jamais d’actualité.

L’approche de la commémoration du 70ème anniversaire de l’Appel du 18 juin a vu s’affirmer une nouvelle étape dans la stratégie de la droite à La Réunion. Elle vise à se forger une nouvelle image en utilisant le concept d’"intégration". Pour cela, les moyens n’ont pas été comptés. Le traitement du match de football entre les équipes de Chine et de France est entré dans cette stratégie.
Pendant une semaine, il n’a été question que d’une équipe, celle de France, et durant cette période ont été diffusés massivement des messages allant dans le sens de la construction de cette nouvelle image. Le jour du match, les tribunes étaient garnies d’un nombre impressionnant de drapeaux tricolores. Cela n’a pas manqué d’étonner de nombreux téléspectateurs à 10.000 kilomètres d’ici, car en France, jamais une telle densité de drapeaux lors d’un match de l’équipe de France n’a été atteinte, même pour une finale de Coupe du Monde à Paris.
Chacun peut constater que ce 18 juin sera marqué à La Réunion par un match international de volley-ball impliquant à nouveau une équipe de France. Va-t-on vers une nouvelle opération ?
Or chacun sait également que la Résistance au nazisme, ce n’était pas une opération de promotion de l’"intégration", c’était un combat contre une idéologie raciste. En témoigne notamment le programme du Conseil national de la Résistance qui visait à faire partager le progrès au plus grand nombre, afin d’éradiquer définitivement le terreau du racisme.
Ainsi donc, dès 1940, la victoire sur l’idéologie raciste du nazisme était une des principales motivations de ceux qui ont rejoint la France Libre. Cet idéal était aussi celui des jeunes Réunionnais qui se sont engagés dès l’arrivée du contre-torpilleur Léopard à La Réunion. En 1942, les armées fascistes triomphaient partout, mais cela n’a pas empêché des jeunes tels que Paul Vergès et de nombreux autres à lutter pour libérer les peuples de la domination d’un régime raciste. Car le combat ne se limitait pas à libérer un pays de l’occupation d’une armée étrangère, la bataille ne s’est achevée que lorsque le nazisme a été vaincu.
70 ans après l’appel du 18 juin, un fonctionnaire d’État a déclaré ceci à la barre d’un tribunal : « je suis blanc et de toute façon, ici c’est des nègres et toutes des p… et c’est comme cela qu’il faut faire ». C’est précisément contre cette idéologie que les Résistants de la France Libre ont versé leur sang et donné leur vie. C’est dire que 70 ans après l’engagement du Général de Gaulle à résister, la lutte contre le racisme est plus que jamais d’actualité.
Fidèle aux combats de leurs aînés contre le racisme avec la France Libre puis avec les mouvements progressistes à La Réunion, nul doute que nombreux sont les Réunionnais qui brûlent de prendre le flambeau de cette lutte. L’appel est lancé.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com