Droits humains

Prix Nobel de la Paix : le PCR salue une grande victoire pour les femmes, la paix et la lutte contre l’illettrisme

Malala Youzafsai et Kailash Satyarthi lauréats 2014

Parti Communiste Réunionnais / 11 octobre 2014

Hier à Oslo, le Prix Nobel 2014 a été décerné. Il est attribué à deux personnes. Kailash Satyarthi et Malala Youzafsai sont récompensés pour leur combat contre l’oppression des enfants et des jeunes et pour le droit de tous les enfants à l’éducation. Dans un communiqué diffusé hier à la presse, le PCR salue une grande victoire pour plusieurs causes qu’il soutient de longue date.

En octobre 2012, Malala Yousafza était victime d’une tentative d’assassinat. Les Talibans avait décidé de la faire taire définitivement parce qu’elle s’est engagée pour soutenir le combat pour l’éducation des filles.
Aussitôt après sa sortie de l’hôpital, elle a repris le combat. En 2013, elle faisait partie des personnes pressenties pour le Prix Nobel de la Paix. A La Réunion, le Comité de l’Appel de l’Ermitage soutenait cette candidature. Finalement, c’est en 2014 qu’elle est honorée.
C’est une grande victoire de la cause des femmes saluée par le PCR.

L’autre lauréat est un militant indien de la lutte pour l’éducation. Kailash Satyarthi, 60 ans, a dirigé des manifestations contre l’exploitation des enfants, toutes non violentes dans "la tradition de Gandhi", comme l’a souligné le comité Nobel. "Je remercie le comité Nobel pour cette reconnaissance de la détresse de millions d’enfants qui souffrent", a dit Kailash Satyarthi.

Pour le PCR, cette double attribution a une double signification. Elle symbolise tout d’abord l’union entre les générations. Malala Yousafza a 17 ans, Kailash Satyarthi 60, tous les deux se sont engagés pour le même objectif : lutter contre les inégalités qui empêchent l’application du droit à l’éducation.
C’est aussi un message de paix. Malala est Pakistanaise, Kailash est Indien. Leurs pays se sont souvent affrontés depuis leur indépendance en 1947. Tous deux sont aussi des puissances nucléaires. L’attribution du Prix Nobel de la Paix rappelle que les causes sont plus fortes que les frontières. C’est aussi un encouragement à la démarche du nouveau Premier ministre indien qui a réservé sa première visite officielle au Pakistan.

En conclusion, le PCR souligne les répercussions de ce Prix Nobel à La Réunion. Dans notre pays, un Réunionnais sur sept est illettré. Cela montre toute l’importance du combat contre ce mal qui ronge notre société.
Le Port, le 10 octobre 2014

Yvan Dejean,
Secrétaire général


Kanalreunion.com