Droits humains

Repas fraternel avec les personnes SDF

Association Centre-ville Est

Jean Fabrice Nativel / 25 août 2009

Nouvelle opération repas pour une centaine de personnes sans domicile fixe de Saint-Denis signée Centre-ville Est.

Toutes les personnes pourront-elles manger à leur faim un jour ? Les bénévoles de l’association Centre-ville Est le souhaitent vivement — ruelle Pavée (Saint-Denis) — qui ont offert dimanche dernier, avec le concours de bienfaiteurs — mairie de Jacques Cœur, "Témoignages"… — le petit-déjeuner et le déjeuner aux personnes sans domicile fixe de la capitale à l’Espace solidarité et d’insertion de la ruelle Turpin au Butor.

Manger à notre faim tous les jours ?

Dès 7h30, le capitaine de ce repas fraternel, Jacques Bazon, accueillait un groupe d’hôtes venus prendre le café, le lait. Puis c’était au tour d’un des bénévoles de se joindre à cette initiative du cœur. Le moment aussi pour Jacques de se rendre avec lui à l’une des grandes surfaces du coin pour l’achat de pains, biscottes, biscuits, beurre, confiture, boissons...

Entre temps, le portable de Jacques sonne. Une journaliste au bout du fil souhaite rencontrer les personnes SDF et les organisateurs de cette action. Le rendez-vous est pris. De retour à l’Espace de solidarité et d’insertion, on est ravi. Le repas du midi est prêt et on félicite les cuisinières qui tranchent les pains qu’elles agrémentent de pâté de foie, de confiture. Entreposés sur une table, les convives sont invités à se servir.

Un quotidien difficile

« Na ankor kafé ? », demande l’un d’entre eux. « Atand in ti ninstan », lui dit-on. Le voilà satisfait, en plus, une assiette de biscuit au chocolat leur est proposée. Alain, Albert, Badine… lé la. Contents ! Ils discutent, “cassent lé kui” et jouent aux dominos. Voilà la journaliste qui se présente et à Jacques de lui expliquer le quotidien de ces personnes qui galèrent. Cette situation, il la considère injuste.

De nos jours, des personnes vivent dans la misère ! Pas de logements pour elles. La rue est leur domicile, en l’occurrence les voitures, les cases abandonnées ou encore le trottoir. Que faire pour que ces êtres humains retrouvent toute leur dignité ? Les bénévoles de l’association Centre-ville Est s’attèlent à cet objectif. Surtout que l’on compte parmi les personnes SDF de nombreux jeunes dont des jeunes filles, des femmes avec enfants. Elles sont pour certaines en bonne santé et pour d’autres en mauvaise. En effet, comment prendre soin de son corps quand, au quotidien, on ne peut s’offrir un morceau de pain sec ? Cela est insupportable.

Un contexte difficile

Le quotidien de ces personnes, on le connaît. Des reportages écrits et audiovisuels le relatent assez souvent. Surtout qu’aujourd’hui, la misère affecte aussi les personnes âgées comme employées. Et les licenciements, pour certains économiques, les fermetures, les redressements ou les liquidations judiciaires d’entreprises, d’associations aggravent la situation sociale de l’île. Dans un tel contexte, peut-on encore se préoccuper de l’avenir des personnes pauvres et de leur ré-insertion ? Même si cela s’avère difficile, les membres de l’association Centre-ville Est œuvrent pour leur bien-être. Comme avant-hier autour d’un kari poulé et rougail sosis et tomates accompagnés de lentilles. Un régal ! En dessert, une banane.

Un à un, on s’est quitté. Entre temps, des personnes SDF ont pu faire leur toilette et terminer leur rencontre de dominos. Cette action en appellera d’autres. On se dit donc à la prochaine fois dans la joie.

Textes et photos Jean-Fabrice Nativel

Contact Jacques Bazon : 069-01-39-38


Kanalreunion.com