Droits humains

Scandale devant la mosquée

13 août 2010

Manuel Marchal / 15 janvier 2011

Alors que La Réunion est confrontée à une recrudescence d’actes racistes impunis, une violente intervention des policiers à la sortie de la prière du premier vendredi du mois de Ramadan suscite le trouble. Que faisait cette camionnette de police en patrouille à l’heure de plus grande affluence dans une rue étroite à Saint-Denis ?

Durant l’hiver dernier, La Réunion a connu une série de faits inquiétants qui rappellent combien la lutte pour la cohésion de notre société est un combat quotidien. Il y eut tout d’abord au début du mois de juin l’enseignant qui a insulté les Réunionnais pour justifier une agression sexuelle : « je suis blanc et, de toute façon, ici c’est des nègres et toutes des putes, et c’est comme cela qu’il faut faire ».
Puis quelques semaines plus tard, le "JIR" rapporte les propos d’un proviseur répondant à des parents qui voudraient que leurs enfants puissent avoir droit à des cours de créole : « vous n’enseignerez jamais cette merde chez moi ».
En ce 13 août, c’est le premier vendredi du mois de Ramadan. C’est donc une journée de très grande affluence dans la rue piétonne de Saint-Denis. Au moment où une foule considérable sort de la mosquée de la rue du maréchal Leclerc, une camionnette de policiers survient dans cette rue piétonne. Tout à coup, un accrochage entre Abdoul-Hack Juan, un jeune Réunionnais, et les policiers motorisés.
Le jeune Réunionnais est plaqué violemment contre le véhicule de police, une vidéo diffusée dans le monde entier via Internet témoigne de cette violence.
Arrive alors des renforts, bombe lacrymogène à la main, qui asperge la foule nombreuse de ce gaz irritant.
C’est l’indignation générale chez tous les démocrates. Et aussitôt une question se pose : qui a organisé une patrouille de police en voiture à cet endroit et à ce moment précis, c’est-à-dire dans une rue piétonne, au moment de la sortie de la prière du premier vendredi du mois du Ramadan ?

M.M.


Kanalreunion.com