Droits humains

Un rapport de l’ONU décrit les atrocités de Daech contre les Yézidis

Guerre au Moyen-Orient

Témoignages.re / 24 août 2016

Un nouveau rapport des Nations Unies décrit les atrocités systématiques commises par le groupe terroriste Daech contre la minorité religieuse des Yézidis et d’autres minorités ethniques et religieuses en Irak.

JPEG - 42.3 ko
Une fille yézidie pose pour une photo. Les Yézidis sont une minorité ethnique en Irak et comptent parmi les plus vulnérables des millions de personnes touchées par le conflit dans ce pays. Photo : UNICEF Irak / Wathiq Khuzaie

Le rapport, publié en fin de semaine dernière, a été rédigé par la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Irak (MANUI) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) et contient les témoignages de Yézidis qui ont survécu à l’attaque de Sinjar, en Irak, en août 2014.

Des femmes interrogées par l’ONU ont déclaré qu’elles ont été vendues plusieurs fois et que leurs jeunes bébés ont été arrachés de leurs bras.

Une femme a raconté comment elle a été vendue à un Syrien âgé de 26 ans membre de Daech qui l’a violée régulièrement pendant au moins 15 jours, menaçant de tuer ses filles si elle ne se soumettait pas.

Traités comme des esclaves

Une autre femme a été achetée et vendue à six hommes successifs. Elle a réussi à sauver sa fille de sept ans des mains d’un homme qui a essayé de l’enlever. Elle a essayé de la protéger en coupant les cheveux et les cils de son enfant et en lui disant de faire semblant de souffrir de maladie mentale. Malgré ses efforts, un membre de Daech a essayé de violer sa fille. Le désespoir l’a conduit à tenter de tuer sa fille et de se suicider, mais finalement, elle s’est enfuie avec l’aide d’un passeur.

Selon le chef de la MANUI, Jan Kubis, près de 3.500 femmes et enfants, principalement de la communauté yézidie, restent en captivité.

« Deux ans après la chute de Ninive, la communauté yézidie continue d’être visée par Daech. Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants ont été tués, sont portées disparus, ou restent en captivité où ils sont soumis à des abus sexuels et physiques indicibles », a déclaré M. Kubis. « Face à une telle preuve, il est d’une importance capitale que les auteurs de ces actes odieux rendent des comptes ».

De son côté, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Zeid Ra’ad Al Hussein, a déclaré que les témoignages dans le rapport doivent rappeler à tous les membres de la communauté internationale qu’il ne faut épargner « aucun effort pour assurer que les responsables de ces crimes terribles rendent des comptes » et envoyer un message clair selon lequel « personne ne peut les perpétrer en toute impunité ».

« Ampleur inimaginable »

« Les expériences racontées par les survivants et documentées dans ce rapport révèlent des actes de barbarie et de cruauté d’une ampleur inimaginable », a dit M. Zeid.

Le rapport rappelle que les crimes commis par Daech en Irak peuvent constituer des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et même de génocide. Il estime que des mesures doivent être prises par le gouvernement d’Irak et la communauté internationale pour mettre fin aux violations des droits humains perpétrées par Daech et pour libérer en toute sécurité ces civils.

« Un soutien psycho-social et médical est nécessaire de toute urgence, notamment pour les victimes de violences sexuelles et d’esclavage sexuel. Par ailleurs, tout doit être fait pour permettre aux Yézidis et autres communautés déplacées de retourner dans leur région d’origine dans des conditions dignes et sûres », a ajouté le rapport.

Voir en ligne : http://www.ohchr.org/Documents/Coun...


Kanalreunion.com