Droits humains

Un sénateur demande de contrôler en priorité les musulmans : le racisme progresse dangereusement

Les idées de l’extrême droite avancent au plus haut niveau des institutions de la France

Manuel Marchal / 13 mai 2016

Cibler les contrôle d’identité sur les personnes de religion musulmane, c’est la proposition du sénateur Jean-Louis Masson, qui n’est pourtant pas membre d’un parti d’extrême droite. En France, l’extrême droite est arrivée en tête lors des élections européennes. Et ses idées racistes continuent de contaminer une partie des organisations politiques républicaines en France.

JPEG - 57.8 ko

Voici le texte de l’amendement déposé le 3 mai par le sénateur de droite Jean-Louis Masson et représenté jeudi, dans le cadre d’une proposition de loi sur les contrôles abusifs actuellement débattue au Sénat. Une initiative qui vise à cibler les personnes de religion musulmane lors des contrôles d’identité. Voici l’exposé des motifs :

« Les contrôles de police sont une excellente chose qui contribue à sécuriser les personnes qui n’ont rien à se reprocher. Par ailleurs, il est normal que la police cible en priorité les milieux où statistiquement il y a le plus de chance d’aboutir. C’est ce qu’on peut appeler du « profilage statistique ».

Ainsi, dans la mesure où la totalité des attentats terroristes récents sont le fait de musulmans, il est normal que dans un but de dissuasion des attentats on contrôle plutôt les personnes de cette religion que les personnes d’autres religions. De même, si on recherche des trafiquants de drogue, il est plus pertinent de contrôler des personnes qui se promènent en survêtement avec une capuche plutôt que des personnes en costume-cravate ou que les grands-mères en fauteuil roulant. C’est un problème de bon sens mais le bon sens n’est pas la principale qualité de certains milieux bien-pensants »

Il est à noter que cet amendement a été rejeté par la commission ad-hoc. Il n’en demeure pas moins que ce n’est pas le membre d’un parti d’extrême droite qui en est l’auteur, mais un sénateur du parti les Républicains, qui se positionne comme principale force politique de l’alternance lors des prochaines élections présidentielles et législatives.

En France, cette initiative fait scandale. À La Réunion, elle ne peut qu’indigner. Comment un parlementaire siégeant dans la haute assemblée d’un État qui proclame que la laïcité est un de ses fondements peut-il s’égarer à ce point ?

Force est de constater qu’en Europe, l’extrême droite progresse dangereusement en particulier en Europe de l’Est. Le phénomène encore plus inquiétant, c’est la première place au premier tour de l’élection présidentielle en Autriche obtenue par l’extrême droite. Au lendemain de la Seconde guerre mondiale et pendant plus de 15 ans, ce pays était occupé par l’URSS, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Une politique de dénazéification a donc été menée. Mais 50 ans plus tard, l’extrême droite peut s’y permettre de parader.

En France, l’extrême droite est arrivée en tête lors des élections européennes. Et ses idées racistes continuent de contaminer une partie des organisations politiques républicaines en France.

M.M.


Kanalreunion.com