Droits humains

"Une enfance en exil" projeté au ministère des Outre-mers et à Guéret

Reconnaissance de la tragédie des enfants réunionnais déportés

Témoignages.re / 16 septembre 2013

La projection du film "Une enfance en exil" suivi d’un débat avait créé une grande émotion à La Réunion. 50 ans après le départ du premier convoi d’enfants réunionnais pour la Creuse, toute l’île a pu connaître les détails du scandale révélé par "Témoignages" en 1968. La semaine dernière, ce film a été présenté au ministère des Outre-mers, et à Guéret, principale ville de la Creuse.

JPEG - 39.6 ko
Sur la scène du cinéma de Guéret où le film "Une enfance en exil" a été projeté ce samedi — à la fois d’anciens enfants exilés (venus spécialement de La Réunion à cette occasion ou restés en France depuis leur exil) et des élus de la Creuse.

Une délégation réunionnaise a été conduite par le président de l’association Rasinn Anler — Jean Phillipe Jean Marie — et Jean Jacques Martial, — le président du Comité de Commémoration du cinquantenaire de l’exil forcé d’enfants réunionnais dans les départements français entre de 1963 à 1982. Elle s’est rendue à Paris pour présenter au public métropolitain le film réunionnais « Une Enfance en Exil « réalisé par William Cally et co-écrit par l’historien Sudel Fuma. Cette projection s’est déroulée dans un cadre prestigieux et hautement symbolique : le Ministère des Outre-mers sous l’égide de Madame Sophie Elizéon, la déléguée interministérielle pour l’égalité des chances, très émue pour l’occasion, et en présence de plusieurs attachés parlementaires. Ce moment marque un premier pas vers une prise de conscience au niveau national de cette terrible tragédie.

De nombreux témoins — ex-enfants transférés — ont pu à l’occasion de cette projection débat évoquer leurs parcours respectifs et exprimer ainsi leur attente de reconnaissance de l’État. La délégation réunionnaise après un si long voyage a dû toutefois déplorer l’absence de Monsieur le Ministre Victorin Lurel pourtant aperçu ce jour-là dans les locaux de la Rue Oudinot où se déroulait la manifestation. Gageons que l’occasion lui sera donnée dans un proche avenir d’exprimer enfin son point de vue sinon sa solidarité à l’égard de ces petits Réunionnais exilés il y a cinquante ans

Le lendemain de cette première manifestation, qui s’est déroulée le vendredi 13 septembre, une nouvelle projection débat a eu lieu à Guéret dans la Creuse. Un moment exceptionnel d’émotion et de fraternité qui aura rassemblé les Creusois et les Réunionnais en présence du député-maire de Guéret, M. Michel Vernier et du maire de Sainte-Feyre, entourés d’élus creusois, qui ont apporté leur pleine adhésion à la quête de reconnaissance nationale concernant cette douloureuse affaire. Cette initiative revient à Simon A-Poi, président d’une association de Réunionnais de La Creuse. Elle aura marqué les esprits et insufflé l’idée d’une pacification de cette histoire et d’une réconciliation collective.

Dans la continuité de ce séjour, une dernière projection va avoir lieu le lundi 16 septembre au sein de l’hôtel de ville de Paris en présence de personnalités politiques réunionnaises et métropolitaines.


Kanalreunion.com