Logement

Le Port : les familles en détresse avaient accepté un hébergement d’urgence

La Mairie du Port dénonce l’exploitation politicienne de la misère

Témoignages.re / 13 avril 2011

Dans la nuit de lundi à mardi, trois familles ont décidé de dormir devant la Mairie du Port pour demander un logement. Reçues individuellement par la municipalité hier matin, les trois familles ont accepté une solution d’hébergement d’urgence avant de revenir sur leur décision suite aux "conseils" d’agitateurs présents hier devant la Mairie. La commune du Port déplore cette exploitation politicienne de la détresse qui fait perdre un temps précieux à des familles et oblige des enfants à dormir dehors.

C’est devant la Mairie de la commune réunionnaise la plus impliquée dans la construction de logements sociaux que se sont installées trois familles dans la nuit de lundi à mardi. Elles demandent un logement tout de suite.
Malgré tous les efforts accomplis depuis des décennies, il y a encore 2.000 demandeurs de logements sociaux au Port, rappelle Henri Hippolyte, adjoint au maire du Port, durant la conférence de presse organisée hier après-midi.
L’élu revient sur le déroulement de la matinée. Conformément à ce qui a été annoncé, la commune a reçu individuellement chaque famille, car chacune a des besoins différents. Pour toutes les trois, une solution d’hébergement d’urgence a été proposée. « Cela permet de protéger les enfants afin qu’ils ne dorment pas dans la rue », ajoute Henri Hippolyte, « cela donne aussi la possibilité d’avoir un véritable accompagnement afin de rechercher calmement une solution ».
À la fin de chaque entretien, les familles ont fait part de leur adhésion à la proposition de la Mairie. Mais quelques instants plus tard, lorsqu’elles sont sorties du bâtiment municipal, elles avaient changé d’avis et exigeaient à nouveau un logement tout de suite. La faute à la présence de plusieurs agitateurs qui ont pour point commun d’avoir été battus lors des dernières élections cantonales. Rejetés par le peuple, ces battus ne veulent pas d’une solution, ils créent les conditions de l’affrontement pour faire de l’agitation devant les médias.
Cette honteuse exploitation de la détresse de trois familles est fermement dénoncée par la commune du Port. Car le résultat est dramatique, ces personnes se sont retrouvées hier soir dans la même situation que la veille, sans toit, parce que des agitateurs leur ont fait perdre du temps.
Gageons qu’aujourd’hui la raison puisse l’emporter sur les petits calculs de politiciens en mal de reconnaissance, et que ces familles arrivent à répondre favorablement à la proposition d’urgence faite par la Mairie.


Kanalreunion.com