Logement

Logement : toujours des retards à rattraper

Journée mondiale de l’habitat à La Réunion

Témoignages.re / 9 octobre 2010

Dans un dossier diffusé hier à la presse à l’occasion de la Journée mondiale de l’habitat, l’INSEE donne un aperçu de la situation actuelle du logement à La Réunion, ainsi que les besoins prévus pour répondre à la demande du million d’habitants que comptera notre pays dans 15 ans. Voici le point sur la situation aujourd’hui :

« La Réunion dispose en 2007 d’un parc de 295.000 logements, pour 269.000 ménages et une population de 794.000 habitants. Le taux particulièrement bas de logements vacants (6,7%) reflète la tension sur le marché du logement. La maison individuelle est le type d’habitat le plus répandu (72%), mais l’habitat collectif gagne du terrain. Le nombre d’appartements a triplé depuis 1990. 54% des ménages sont propriétaires de leur résidence principale, 42% sont locataires et une petite minorité dispose d’un logement gratuit ».


Un logement sur deux touché par les infiltrations d’eau

À La Réunion, le confort sanitaire des logements s’est notablement amélioré, mais persiste la présence de l’humidité dans un logement sur deux, ce qui est inquiétant lorsque l’on sait que 53.000 logements ont une installation électrique potentiellement dangereuse.

« La plupart des logements (95%) à La Réunion disposent aujourd’hui des trois éléments indispensables que sont un point d’eau courante, des toilettes intérieures et une salle d’eau. Toutefois, 40.000 logements (soit 15%) sont encore dépourvus d’eau chaude, qui apparaît désormais comme un critère de confort sanitaire. Des progrès sont également encore à faire face aux risques d’humidité et d’infiltration ainsi que dans la protection des installations électriques.
La présence d’humidité sur certains murs est le défaut le plus fréquemment cité par les ménages. À La Réunion, quatre logements sur dix y sont exposés. En France métropolitaine, deux logements sur dix sont concernés.
Le défaut qui arrive en deuxième position, à La Réunion comme en France métropolitaine, est celui des infiltrations d’eau. Actuellement, un logement sur deux (52%) est soumis aux risques d’humidité ou d’infiltration. En termes de secteur d’habitat, c’est le locatif social qui semble le plus touché.
Un autre défaut majeur concerne l’installation électrique : 18,5% des logements ont des fils électriques totalement ou en partie à découvert. Au total, 53.000 logements ont une installation électrique potentiellement dangereuse ».


Une famille sur cinq vit dans un logement trop petit

« Le surpeuplement concerne 18 % des ménages réunionnais et se répartit de façon hétérogène sur le territoire », constate l’INSEE.

« En matière d’habitat, la question de l’espace est cruciale. Début 2006, 46.500 ménages vivent dans des logements trop petits pour eux, soit 18% des ménages réunionnais. Depuis 1999, la situation s’est améliorée, puisqu’à cette époque, 23% des ménages vivaient en situation de surpeuplement. L’habitat collectif abrite plus de ménages en situation de surpeuplement (31%) que les maisons individuelles (13%).
Il existe d’importantes disparités entre communes. Aux communes du Nord qui comptent un grand nombre de ménages en situation de surpeuplement (23%) s’opposent celles du Sud où la part de ces ménages est plus faible (14%). L’Est et l’Ouest occupent une position intermédiaire. »


Pas assez de logements sociaux

« Toujours au centre des préoccupations, la crise du logement découle de l’inadéquation entre l’offre de logements et la demande des ménages », écrit l’INSEE.

« Au 1er janvier 2008, La Réunion compte 51.300 logements locatifs sociaux. Il y en avait 40.000 en 1999. Le parc locatif social s’est ainsi développé à un rythme moyen de 2,5% par an depuis 1999 malgré des années pendant lesquelles les livraisons ont été modestes.
En 2007, elles n’ont pas atteint le millier de logements. La répartition des logements sociaux sur le territoire ne suit pas celle du peuplement. La micro-région Nord dispose du plus grand nombre de logements sociaux (40%) alors qu’elle ne totalise que 24% de la population. À la différence du Sud qui dispose de 24% du parc locatif social tandis que 36% des Réunionnais y résident. L’Est dispose également de peu de logements sociaux (12%) par rapport à sa population (15%).
Une grande majorité (83%) de l’offre de logement locatif social se situe en immeuble collectif. Le parc est récent puisque seulement 37% des logements locatifs sociaux étaient déjà construits avant 1990. Le taux de vacance du parc locatif social à La Réunion est très faible (1%) ».


Kanalreunion.com