Logement

ONU-Habitat plaide pour l’amélioration des conditions de vie dans les bidonvilles

Un quart de la population du monde, et une partie des Réunionnais concernés

Témoignages.re / 7 octobre 2014

ONU-Habitat a plaidé vendredi pour une action durable pour améliorer les conditions de vie des populations urbaines pauvres, un quart de la population mondiale vivant dans les bidonvilles urbains.

En prévision de la Journée mondiale de l’Habitat, ONU-Habitat avertit dans un communiqué que la pauvreté urbaine n’est pas seulement un problème actuel affectant les environnements métropolitains d’aujourd’hui, mais une "préoccupation croissante pour les menaces humanitaires et celles posées au développement du genre humain".

Selonce communiqué, "Voix des Bidonvilles", le thème de la Journée mondiale de l’Habitat de cette année, célébrée le premier lundi du mois d’octobre a pour objectif de souligner les difficultés de la vie dans les bidonvilles par la voix des urbains pauvres en leur permettant de partager leurs expériences et leurs idées sur l’amélioration de leurs conditions de vie.

L’agence de l’ONU a exprimé le souhait que la prochaine célébration de cette journée contribue également à un dialogue politique axé sur le large éventail de sujets liés à l’intégration de la vie du bidonville dans la ville, la formulation des politiques et le renforcement des capacités dans le cadre desquelles les Nations unies peuvent proposer des contributions significatives et identifier les principaux acteurs de la rénovation des bidonvilles et d’un logement adéquat et les faire participer à des débats.

Parmi ces mesures, a ajouté l’agence, figure la création d’un Programme participatif d’amélioration des bidonvilles (PPAB) qui vise à travailler avec les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique en les aidant à améliorer les conditions de vie des urbains pauvres.

"Une amélioration durable des conditions de vie des urbains pauvres n’est possible qu’à travers les efforts concertés et coordonnés de tous les acteurs urbains concernés.

"Ceci est possible grâce au renforcement des capacités des acteurs urbains concernés, des autorités aux habitants des bidonvilles eux-mêmes, afin d’évaluer collectivement leurs besoins en matière de développement urbain, de concevoir des stratégies à l’échelle de la ville pour améliorer les conditions de vie et mettre en pratique ces solutions", a souligné
ONU-Habitat.

Elle note que dans le tentaculaire bidonville kenyan de Mtwapa, situé à 500 km de Nairobi, l’initiative PPAB donne déjà des résultats concrets, alors que des activités-pilote sont menées avec l’objectif de bénéficier à plus de 20.000 personnes.

ONU-Habitat a indiqué que M. Caleb Omondi, un résident de Mtwapa, s’est déclaré confiant dans les perspectives d’amélioration des conditions de vie.

"Quand j’ai entendu parler de ce projet par notre association villageoise locale je me suis réjoui. Nous avons beaucoup de problèmes à Mtwapa comme les égouts bouchés, une mauvaise évacuation des déchets et la rareté des emplois qui affecte surtout les jeunes", a révélé M. Omondi.


Kanalreunion.com