Logement

Une maison imprimée en 3 dimensions pour 3500 euros

Un nouveau mode de production de logements

Céline Tabou / 5 septembre 2014

L’impression en trois dimensions (3D) révolutionne depuis quelques années la médecine, la technique mais aussi le domaine de la construction.

JPEG - 28.3 ko
Une maison produite par une imprimante 3D à Shanghai. (photo Xinhua)

Une entreprise chinoise est parvenue à « imprimer » en 24 heures 10 maisons de ville de 200 m2, dans le quartier de Qingpu, à Shangai, pour moins de 3500 euros. La société « Shanghai Winsun décoration design Engineering Co » a utilisé une imprimante géante de 32 m de long, 10 m de large et 6,6 m de haut pour construire ces maisons.

« Nous avons acheté les composants de l’imprimante à l’étranger, et l’avons assemblée dans une usine de Suzhou. Ce nouveau type de structure imprimée en 3D est écologique et bien plus intéressant financièrement », a expliqué Ma Yihe, président de la société.
La machine a permit d’empiler des couches de matériau, composé de déchets de construction recyclés, provenant de chantiers ou d’usines désaffectées de ciment et de fibre de verre. L’entreprise souhaite développer plusieurs dizaines d’usines de recyclage pour pouvoir avoir les matières premières récoltées, afin de les transformer en déchets de construction.

D’après le quotidien Le Parisien, plusieurs projets existent en Europe. Par exemple, à Amsterdam au Pays Bas où une maison de 13 chambres est en train d’être réalisée avec des briques de plastique recyclées. Aux Etats-Unis, le professeur Behrokh Khoshnevis de l’université de Californie du sud a développé une machine qui « imprime » l’ensemble de la maison, contrairement aux Chinois qui fabriquent des pièces à assembler.

D’autres prouesses ont été possibles avec l’imprimante 3D. Un homme a été greffé d’une partie de la boite cranienne grâce à une imprimante 3D. Un paysan chinois à Xi’an, dans la province du Shaanxi, a été grièvement blessé après une chute du troisième étage de sa maison. Une partie de sa boîte crânienne a été sérieusement endommagée dans l’accident, explique le quotidien South China Morning Post. L’homme a retrouvé la moitié de sa boite crânienne. L’imprimante 3D a créé un maillage en titane, qui sera inséré sous la peau du chinois et attaché à son crâne.

L’imprimante 3D est désormais un outil médical important pour les scientifiques, qui ont pu créé une vertèbre artificielle destinée à un jeune patient de 12 ans atteint d’un cancer des os. L’opération, menée par des médecins chinois, a été un succès et a permis au garçon de marcher à nouveau. Des organes ont été imprimés en 3D pour des patients ayant eu besoin de greffes de mâchoires, de hanches ou même de bassin.


Kanalreunion.com