Luttes sociales

138000 personnes souhaitent travailler mais sont privées de ce droit

Selon une enquête de l’INSEE sur l’année 2016

Témoignages.re / 24 mars 2017

L’INSEE a publié hier son « Enquête emploi » pour l’année 2016. Ses critères de définition d’un chômeur ne sont pas les mêmes que ceux de Pôle emploi, ses chiffres sont donc différents mais sont exceptionnellement élevés. L’INSEE constate une baisse du chômage qui est d’abord due à un nombre important de « retrait des femmes du marché du travail ». En additionnant le nombre de chômeurs selon les critères du Bureau international du travail, et les personnes qui n’entrent pas dans cette définition mais qui désirent travailler, l’INSEE arrive au nombre de 138000 travailleurs qui voudrait avoir un emploi, mais qui sont exclus de ce droit. Voici de larges extraits de cette étude, avec des inter-titres de Témoignages.

JPEG - 70.2 ko

En 2016, le taux de chômage à La Réunion baisse de 1,7 point, soit 7 000 chômeurs de moins en un an. Il atteint un niveau particulièrement bas à 22,4 % de la population active et se situe en dessous des taux de chômage guadeloupéen et guyanais. Cette baisse est due pour moitié à celle de la population active (- 4 000 personnes), sur fond de recul de l’activité féminine, et pour moitié à la hausse de l’emploi (+ 3 000).

En 2016, à La Réunion, le taux de chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) s’élève à 22,4%. En 2016, la population active âgée de 15 ans ou plus diminue de 4 000 personnes, ce qui explique la moitié de la baisse du nombre de chômeurs. Cette diminution de la population active est inédite ; elle fait suite à une stabilisation en 2015.

Femmes découragées

Depuis la fin des années 1960, la population active n’avait cessé de croître. Ainsi, entre 2007 et 2013, période de croissance économique atone, 7 000 personnes supplémentaires s’étaient présentées sur le marché du travail en moyenne chaque année.

En 2016, la diminution de la population active est imputable pour les trois quarts à un retrait des femmes du marché du travail : le nombre de femmes actives recule ainsi de 3 000 en un an, contre 1 000 hommes actifs de moins. De fait, le taux d’activité des femmes de 15 ans ou plus recule sensiblement (- 1,2 point).

La baisse est la plus marquée pour les femmes les plus actives, âgées de 25 à 49 ans (- 1,3 point). Ce repli de l’activité féminine coïncide avec la reprise économique enregistrée en 2014 et 2015. Le taux d’activité des hommes diminue également, mais de manière plus mesurée (- 0,8point). Comme pour les femmes, ce sont surtout aux âges intermédiaires que les taux d’activité baissent. En revanche, l’activité des hommes de 50 à 64 ans continue d’augmenter (+ 1,4 point, après + 0,7 point en 2015).

En 2016, 3 000 personnes supplémentaires, âgées de 15 ans ou plus, occupent un emploi au sens du BIT à La Réunion. Ces créations d’emplois constituent le second facteur explicatif de la baisse du chômage. Toutefois, le nombre d’emplois créés en 2016 est nettement inférieur à celui de 2015 (+ 8 000).

Le travail à temps partiel concerne 21,8% des salariés à La Réunion en 2016 Plus de la moitié d’entre eux désireraient travailler davantage.

Temps partiel subi

Ainsi, 13,1 % des salariés sont en situation de sous-emploi, soit un niveau équivalent à celui de La Guadeloupe et de La Martinique (respectivement 12,7 % et 13,3 %). Les femmes sont deux fois plus concernées que les hommes.

En plus des 78 000 chômeurs, 60 000 personnes souhaitent également travailler, mais sont considérées comme inactives au sens du BIT. En effet, elles n’effectuent pas de recherche active d’emploi ou ne sont pas disponibles : elles constituent le « halo » autour du chômage. Le halo augmente de 3 000 personnes par rapport à 2015, symétriquement à la baisse de 7 000 chômeurs.

Au sein du halo, la plupart des personnes n’effectuent pas de recherche active d’emploi. Le découragement en est la première cause : il concerne un tiers des non-recherches.

Au total, 138 000 personnes souhaitent travailler en 2016, qu’elles soient au chômage ou dans le halo. Elles sont moins nombreuses qu’en 2015 (142 000), du fait de la forte baisse du nombre de chômeurs.


Kanalreunion.com