Luttes sociales

« 15, le compte n’y est pas ! »

SGEN-CFDT

Témoignages.re / 23 juin 2012

Sous la signature d’Aline Tamon, secrétaire du SGEN-CFDT pour le 1er Degré, le syndicat interpelle les députés fraichement élus ou réélus qui ont participé aux manifestations contre les suppressions de classes pour qu’ils respectent leurs engagements. Car les 15 postes accordés par Paris sont notoirement insuffisants pour réussir la rentrée.

Le SGEN-CFDT juge insuffisant le nombre de postes octroyés à l’Académie de La Réunion : 15, compte tenu des besoins exprimés (a minima) par le Rectorat pour une Rentrée 2012 “correcte” — soit, 37 postes.

La Réunion reste une Académie prioritaire compte tenu, d’une part, des résultats des évaluations OEl, CM2 — qui la classe en fin de liste et, d’autre part, de la précarité de la société réunionnaise accentuée par un taux élevé du chômage des jeunes, du mal-logement et de la vie chère. Cette situation nécessite du nouveau ministre de l’Education nationale, M. Peillon, le même regard particulier qu’il a porté aux académies ayant bénéficié de 65 postes au critère : "Difficulté sociale", d’autant plus que le Plan de Rattrapage dont devait bénéficier La Réunion a subi des coupes sombres avant d’être rangé aux oubliettes !!!!

Parmi nos députés fraichement (ré)élus, la quasi totalité ont participé aux manifestations à l’appel des syndicats contre les suppressions de postes dans I’Éducation nationale et la casse du service public en général. Le SGEN-CFDT compte par conséquent sur leur engagement et leur appartenance pour certains à la majorité gouvernementale pour porter les problèmes de La Réunion et celui de l’éducation de la jeunesse en particulier — comme ils l’ont affirmé pendant toute leur campagne.


Kanalreunion.com