Luttes sociales

1er mai : en avant vers le changement

Grand défilé unitaire mardi à Saint-Pierre

Céline Tabou / 27 avril 2012

La mobilisation est marche pour les syndicats et responsables politiques qui souhaitent marquer cet évènement annuel. L’année du changement dans les urnes devrait également se faire dans la rue, avec la manifestation du 1er mai, lancée par les syndicats. En pleine transition politique, le pays vit une crise économique et sociale qui touche les classes moyennes et défavorisées : emploi, salaire, minima sociaux, logement, service public, lutte contre la vie.

Priorité à l’emploi


Près de 150.000 réunionnais soit une personne sur trois en âge de travailler qui n’a pas d’emploi. Cela représente un taux de chômage de 29,7%. Ce taux dépasse 60% chez les jeunes. Cette situation devrait s’aggraver avec la crise sans le changement, c’est pour cette raison que l’emploi est une priorité fondamentale pour La Réunion. Pour pouvoir endiguer cette crise de l’emploi, deux grands services sont proposés, dans le domaine de l’environnement et du service à la personne.

Un logement pour tous, des emplois dans le BTP


Avec la hausse démographique, d’ici 20 ans, 180.000 logements devront être construits pour répondre à la demande et faire face aux besoins suite à l’augmentation de la population. Actuellement, plus de 23.000 ménages attendent un logement. La diminution de la construction de logements sociaux et la réduction du rythme de constructions dans le secteur privé du fait des modifications des dispositifs de défiscalisation ont provoqué une crise aiguë dans ce secteur essentiel. Des moyens doivent être mis en place, car un logement pour tous concerne également les prix des loyers et les aides aux logements qui devront s’articuler afin que la part contributive des ménages ne dépasse pas une fourchette comprise entre 12% et 20% des revenus.

Augmentation des salaires, pensions et minimas sociaux


La Réunion subit un « apartheid social » institutionnalisé, une harmonisation des revenus est essentielle pour la cohésion sociale. La revalorisation est aujourd’hui nécessaire dans une situation économique ou le SMIC est à 119 euros au-dessus du seuil de pauvreté. De même, si les salaires sont revus à la hausse, les minimas sociaux doivent également être rehaussés.

Le rapport de revenu entre le quart des ménages les plus modestes et le quart des ménages les plus aisés est de 4,5 à La Réunion contre 2 en France. La moitié des réunionnais vit dans un ménage déclarant un revenu par unité de consommation inférieur à 792 euros/mais (source INSEE). C’est pour cette raison qu’une conférence annuelle doit être le cadre global de ces négociations. Dans cette perspective, il s’avère opportun d’instaurer à La Réunion un Centre d’Etudes sur les Revenus et les Coûts, adossé à l’Observatoire des prix et des revenus.

Renforçons les services publics


Depuis 2007, le secteur public est détricoté par la politique de Nicolas Sarkozy. Ce dernier a supprimé plus de 100.000 postes dans la fonction publique. Aujourd’hui, le secteur public ne répond plus aux besoins des Réunionnais.

Face à la dégradation de ce service, c’est la mobilisation. Le rattrapage des emplois peut s’accompagner d’un moratoire de 15 ans, afin de pourvoir les postes dans la fonction publique qui ne serait pas mis au « mouvement national ». En effet, les postes créés ou disponibles à La Réunion devraient être réservé aux Réunionnais qui ont les compétences et les connaissances pour les occuper. Cette mesure serait alors possible grâce au droit à l’expérimentation inscrit dans la Constitution, qui permet d’envisager ces dérogations au droit commun. Concernant la fonction publique, toute réforme devra être faite dans le respect de certains principes, comme la concertation réelle avec les acteurs concernés, la neutralité budgétaire de toute réforme ou encore le respect des avantages acquis pour les agents en poste.

Lutte contre la vie chère


La Réunion est en prise à des monopoles alimentaires et pétroliers qui pèsent sur le porte monnaie des Réunionnais. Cette situation devrait s’aggraver avec la hausse du prix des carburants et des pressions sur les produits alimentaires.

C’est pour cette raison que l’autonomie énergétique répond aux besoins des Réunionnais vis-à-vis de la facture pétrolière. Le tram train en est l’une des composantes. Ce mode de transport écologique évitera les comas circulatoires. De son coté, l’autosuffisance alimentaire permettrait de créer des emplois et de relancer la production locale qui pourra nourrir un million d’habitant. L’autosuffisance alimentaire pourra également répondre aux besoins de la zone Océan Indien et de régions de l’Afrique, qui connaissent une grave famine.

Tous au défilé de Saint-Pierre


Les syndicats appellent tous les Réunionnais à se mobiliser à Saint Pierre, mardi 1er mai dès 9 heures, devant la mairie. « Ce 1er mai sera celui du 2ème tour social des revendications légitimes des travailleurs » et de toutes celles et ceux qui souhaitent le changement, indique la CGTR. Ni plan de rigueur, ni récession, ni déficit, ni crise du capitalisme, "La solution, c’est nous !" annonce l’intersyndicale. "Construire la Résistance pour imposer une autre politique plus juste, plus humaine" : Tous à Saint Pierre, le 1er mai.


Kanalreunion.com