Luttes sociales

2 millions de manifestants

Forte mobilisation contre la réforme des retraites

Céline Tabou / 25 juin 2010

Les syndicats ont annoncé la présence de 2 millions de manifestants à travers toute la France. Il s’agit là, d’une grande réussite pour l’intersyndicale. La grève contre la réforme des retraites a été suivie dans tous les secteurs.

Les enseignants ont été très nombreux à participer aux cortèges, plus particulièrement dans le primaire, avec 31,9% d’enseignants grévistes selon le ministère. Tandis que dans le secondaire, où les lycées passés le baccalauréat, les grévistes n’étaient que de 10,3% au total, mais 18,7% en collèges. Il s’agit de la plus forte manifestation de l’année dans l’éducation nationale, idem pour les cheminots qui étaient 46%.

Grand mouvement de protestation

Le pari a été largement relevé. Avec 2 millions de manifestants, le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, a estimé que la mobilisation était « de haut niveau ». De son côté, François Chérèque a souligné aux journalistes qu’il s’agissait « de la plus forte manifestation de l’année. Cela montre que le sentiment d’injustice face à cette réforme brutale monte très fort dans le pays ».
Pour Gisèle Vidallet, secrétaire générale de la CGT en Haute-Garonne, cette manifestation est une « réussite » et « exceptionnelle ». Celle-ci a prévenu, « ce n’est que le début », bien que les vacances « risquent de compliquer la mobilisation ». Bernard Dedeban, secrétaire de la FSU à Toulouse, souligne que « clairement, les gens veulent une autre politique pour une autre société car la réforme des retraites annoncée de façon brutale et frontale par le gouvernement est injuste et inéquitable. Les gens ne veulent pas se laisser faire et réagissent ». D’autant plus que « les fonctionnaires sont dans la ligne de mire du gouvernement qui cherche à faire des économies », estime Bernadette Groison, secrétaire générale du premier syndicat enseignant, FSU.

Le gouvernement doit revoir sa copie

Après le résultat mitigé de la précédente manifestation, l’intersyndicale (CGT, CFDT, FSU, UNSA, Solidaires, CFTC) compte faire pression sur le gouvernement le 7 septembre prochain, lors de la présentation du projet de loi au Parlement. Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, a indiqué « ce projet de loi ne passera pas en l’état, les salariés ont décidé de descendre nombreux dans la rue pour empêcher le texte de loi de passer ».
Les syndicats attendent maintenant de Nicolas Sarkozy qu’il renonce à soumettre le projet de loi dans sa version actuelle au conseil des ministres du 13 juillet. Mais, le gouvernement a précisé à de nombreuses reprises qu’il ne changerait pas le recul du départ à la retraite, fixé à 62 ans, bien qu’il pourrait faire des efforts sur la pénibilité.
Le ministre du Travail Éric Woerth a réaffirmé mercredi 23 juin, qu’« il y a encore à travailler, à concerter, à négocier », notamment sur la prise en compte des critères de pénibilité dans le calcul des retraites, sur les carrières longues et sur les polypensionnés, comme l’a demandé le président de la République.
Mais derrière ces déclarations, le fonds n’était pas remis en cause la veille de la grande journée d’action. Avec 2 millions de personnes dans la rue, la mobilisation se donne pour objectif de changer le rapport de forces. Le gouvernement osera-t-il encore passer en force ?

Céline Tabou


Kanalreunion.com