Luttes sociales

20.000 places de formation… et après ?

Observatoire régional Emploi-Formation

YVDE / 29 décembre 2009

L’Observatoire régional Emploi-Formation, à partir des statistiques de 2008, jette un regard sur la formation, en relation avec l’emploi. Les indicateurs éclairent les besoins en formation et leur niveau de satisfaction. Mais que se passe-t-il après la formation ? La problématique de l’emploi demeure – pas toujours – mais beaucoup trop souvent. Et encore, entre 2008 et aujourd’hui, la crise a détruit de nombreux emplois augmentant le chômage de 30%. C’est dire combien la question de la formation, en relation avec le développement et l’emploi, reste une question centrale.

Le portail Formanoo.org, pour l’année 2008, a enregistré près de 20.000 places de formation pour près de 1.000 actions de formation. Ces places de formation offertes ont pour principaux objectifs la certification (39%). Elles s’adressent donc à une couche de la population qui disposent d’une base de connaissances acquises à travers la formation initiale, la formation et/ou l’expérience professionnelle. Cela est d’autant plus clair si l’on y ajoute les places de formation offertes pour le perfectionnement et l’élargissement des connaissances.
A contrario, 20% des places de formation offertes concernent la maîtrise des savoirs de base (remise à niveau, ateliers permanents de lutte contre l’illettrisme, modules préparatoires à l’apprentissage…).
Ainsi, 90% des places offertes par l’ensemble de l’appareil de formation (hors lycées techniques et professionnels) sont proposées aux demandeurs d’emplois et parmi elles, 11% n’aboutissent pas à un niveau de formation.

Des secteurs en pointe

La formation initiale professionnelle pour adultes, pour l’année 2007/2008 a accueilli 2.000 personnes pour 70 actions. Soit une forte augmentation (+24%) par rapport à l’année 2006/2007. Il s’agit essentiellement de formations de niveau 5 (CAP et BEP) et universitaire. Les cinq secteurs de formation les plus prisés ont été le tertiaire dont l’informatique (24%), les formations générales (23%), le paramédical, le travail social et les soins personnels (22%), le commerce et la distribution (11%) et l’agriculture (9%).
La formation continue suivie par les demandeurs d’emplois affiche 9.900 places proposées, dont près de 50% dans le secteur "formations générales, enseignement, aménagement du territoire, patrimoine et développement". Elle est en forte réduction par rapport à 2007 (-28%). On ne peut pourtant pas tirer d’enseignements de ce net recul puisque le pourcentage non renseigné quant aux niveaux de formation reste trop important (56%). Plus de 35 millions d’euros ont été consacrés à cette formation. Mais elle continue à susciter des frustrations quant au nombre de places proposées par rapport au nombre de chômeurs, enregistrés ou non, au Pôle emploi, et par rapport au nombre d’emplois non pourvus, de l’ordre de cinq à six mille.

YVDE
Synthèse à partir du N°29 de l’Observatoire emploi/formation


An plis ke sa

• Personnes handicapées
La formation collective des personnes handicapées, en 2008, a concerné 333 hommes et femmes ; une progression de 6% par rapport à 2007. Elle a fonctionné principalement dans les formations générales (58%). A l’issue de ces formations, 266 individus, soit 74% des personnes en formation, ont obtenu un contrat durable, et 16% se sont orientés vers la création d’entreprise.

• Formation continue
Plus de 40.000 salariés ont suivi, dans le cadre de la formation continue, des formations financées par un organisme paritaire collecteur. Parmi eux, plus de 7.000 salariés ont bénéficié d’une formation en contrat de professionnalisation. Et dans ce cas, le domaine "hôtellerie, restauration, tourisme, sports, animation culturelle" arrive en tête avec 1.506 salariés formés.

• Entrée en formation qualifiante
5.000 personnes, pour 73 actions de formation ont bénéficié de dispositifs préparatoires à l’entrée en formation qualifiante. Parmi eux, 2.000 stagiaires ont suivi des ateliers de pédagogie personnalisée (autoformation individualisée et modulable).

• Lutte contre l’illettrisme
Les actions mises en place au niveau du dispositif de lutte contre l’illettrisme représentent la plus grande partie des actions de pré qualifications, soit 37%. Ce qui représente une augmentation, au niveau des effectifs, de 36% par rapport à 2007. Rappelons cependant que 120.000 illettrés sont recensés à La Réunion.

• Contrats aidés
L’observatoire constate une diminution globale de 35% de l’ensemble des contrats aidés, entre 2007 et 2008. Cela est dû à la disparition des contrats d’avenir et des contrats de qualification fin 2007. Ces derniers ont été remplacés par le contrat unique d’insertion (CUI) et le contrat d’avenir à partir de 2008.


Le Sud en panne

La microrégion Sud, plus grand bassin de population (35% de la population de l’île), comptabilise le plus grand pourcentage de demandeurs d’emploi en 2008, soit 43% du total.
Quand on croise, microrégion par microrégion, les pourcentages de la demande et de l’offre d’emploi totales, la microrégion Sud apparaît particulièrement déséquilibrée (27% des offres totales pour 43% de la demande d’emploi totale).
Ces rapports sont plus équilibrés dans le Nord (29% des offres pour 21% des demandes) ; pour l’Est (13% des offres pour 12% des demandes) et pour l’Ouest (30% des offres contre 25% des demandes).
L’effet de la Route des Tamarins n’est pas comptabilisé dans ces rapports puisque les chiffres sont ceux de 2008. On peut cependant se demander si la stagnation du développement de l’aéroport de Pierrefonds et surtout l’immobilisme de la zone portuaire pendant huit ans, ne sont pas les causes de ce déséquilibre. Des causes aggravées par l’absence d’une véritable politique d’insertion professionnelle à Saint-Pierre et dans les environs.
Ce que confirme l’examen du rapport existant entre le nombre d’habitants dans le Sud et le nombre de places de formation offert. Le Sud, pour 277.000 habitants, soit 35% de la population de l’île, a enregistré, pour 2008, 5056 places de formation, soit 26% des places offertes globalement dans l’ensemble de l’île. Là encore, la comparaison des rapports montre un manque de dynamisme du Sud.


Kanalreunion.com