Luttes sociales

2015 : année décisive pour les jeunes

Une préoccupation bien loin des candidats déjà proclamés aux régionales

Manuel Marchal / 16 juillet 2015

L’Organisation des Nations Unies a choisi le 15 juillet comme date pour la première Journée mondiale des compétences des jeunes. Elle a placé cette manifestation sous le signe de la conférence de New-York sur les Objectifs du millénaire pour le développement en septembre de Paris sur le climat à la fin de l’année. Les jeunes d’aujourd’hui seront en effet ceux qui supporteront les conséquences des décisions prises en ce moment. À La Réunion, l’avenir des jeunes devrait être donc aussi parmi les questions principales à l’ordre du jour. Force est de constater que du côté des candidats déclarés aux régionales et de ceux qui croient faire l’opinion, cela passe au second plan. Comment ensuite s’étonner que les jeunes cherchent d’autres moyens que les élections pour s’exprimer ?

JPEG - 60.1 ko
À La Réunion, les jeunes sont souvent en tête des manifestations.

L’ONU célébrait hier la première Journée mondiale des compétences des jeunes. Elle était placée sous le signe des Objectifs du millénaire pour le développement et de la lutte contre le changement climatique. L’ONU co-organise en effet deux rencontres importantes sur ces sujets. Au mois de septembre, le rendez-vous est donné à New-York pour un sommet sur les Objectifs du millénaire pour le développement. Seront alors évalués l’efficacité des mesures prises au cours des 15 dernières années pour faire reculer la pauvreté, l’illettrisme, le chômage et faire progresser l’accès à l’eau potable et aux services de santé notamment. Le sommet de New-York devra ensuite définir de nouveaux objectifs qui intégreront le développement durable. Deux mois plus tard, le monde se retrouvera à Paris pour participer à la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique. Plus de 190 chefs d’État et de gouvernement doivent aboutir à un accord qui succédera au Protocole de Kyoto. Le but est de contenir l’augmentation de la température moyenne de la Terre en dessous de deux degrés de plus par rapport à l’ère préindustrielle, soit un degré de plus qu’aujourd’hui.

Pour l’ONU, il est évident que les jeunes d’aujourd’hui sont ceux qui assumeront les décisions qui seront prises cette année dans ces deux sommets internationaux. Cela vaut aussi pour les jeunes Réunionnais qui seront confrontés aux conséquences du résultat de l’élection régionale.

Où sont les problèmes des jeunes ?

Dans la présentation de l’événement d’hier, l’UNESCO a souligné que jamais dans son histoire, le monde n’avait compté autant de jeunes et donc jamais il n’avait eu autant de potentiels pour faire progresser la société. C’est vrai aussi pour La Réunion. Notre île n’a jamais eu autant de jeunes, et jamais non plus le niveau de formation n’a été aussi élevé.

Mais au lieu de faire fructifier cette richesse, la structure de la société et les gouvernements qui se succèdent prennent des décisions qui repoussent la majorité des jeunes dans le chômage. Quelques mesures permettent de soulager ponctuellement la pression à la marge. Mais pour le moment, rien n’a pu changer cette tendance.

C’est pourquoi les générations sacrifiées se succèdent.
L’ONU estime que 2015 est une année décisive pour la jeunesse. La Réunion n’est pas à l’écart. C’est en effet dans moins de 6 mois que sera renouvelée l’assemblée responsable de la planification économique à La Réunion, le Conseil régional.
Sachant que le problème le plus important pour les jeunes est l’emploi, force est de constater que les différents candidats déjà déclarés ne semblent pas faire de cette question une priorité. C’est également le cas des commentateurs. Les informations se concentrent d’abord sur les personnalités plutôt que sur le bilan et les projets. Dans ce type d’élection, les jeunes arrivent sur le tard, par le biais de comités de jeunes montés de toutes pièces pour soutenir un candidat.

Tout remettre à plat

Avec de tels procédés, comment s’étonner que les jeunes se détournent des élections ? En effet, rares sont les organisations qui, comme le PCR et l’Alliance, proposent de remettre à plat ce système pour ouvrir la société aux jeunes. Le modèle actuel montre bien ses limites, car il est incapable d’offrir une perspective à la majorité de la jeunesse. Or, c’est précisément cette force vive qui est le moteur du progrès social et économique, comme l’a rappelé l’UNESCO à l’occasion de la Journée mondiale des compétences des jeunes. La Réunion pourra-t-elle encore longtemps être privée de cette force sans exploser ?

En effet, faute d’être pris en compte dans les débats qui décident de la direction politique du système, les jeunes trouvent d’autres moyens d’expression.
En cette année 2015 décisive, les responsables politiques réunionnais vont-ils laisser s’accentuer le fossé qui se creuse entre eux et les jeunes ? Une nouvelle génération sera-t-elle encore sacrifiée pour payer des errements tels que la route en mer ?


Kanalreunion.com