Luttes sociales

287 millions d’euros pour les emplois aidés en 2015

Bilan des actions de l’État dans le traitement social du chômage

Témoignages.re / 25 juin 2016

La 13e réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d’aide de l’État à l’insertion et à l’accompagnement dans l’emploi a permis de faire un bilan de l’action de l’État dans le traitement social du chômage pour l’année 2015, et de rappeler son plan d’action dans ce domaine pour cette année. Voici un résumé de l’action de l’Etat en 2015 d’après un communiqué de la préfecture diffusé hier.

JPEG - 85.8 ko
Près de 30% des Réunionnais sont au chômage. Tout doit être mis en oeuvre pour la transparence dans les conditions de recrutement.

Le préfet de La Réunion a réuni ce jour (hier - NDLR) la commission de la transparence sur les contrats aidés. Cette commission se réunit pour la treizième fois depuis son installation le 15 avril 2011.

Dominique Sorain, préfet de La Réunion, tient à souligner l’important effort de l’ensemble des employeurs publics et privés qui ont permis de réaliser plus de 43 400 mesures en 2015 (contre 33 700 en 2014).

L’État maintiendra en 2016 un niveau encore élevé de mobilisation des dispositifs d’aide à l’accompagnement des parcours d’insertion sociale et professionnelle des publics les plus éloignés de l’emploi (en particulier les chômeurs de longue durée et les demandeurs d’emploi de plus de 50 ans). L’accent est également mis sur les mesures ciblées sur le secteur marchand (et notamment le contrat initiative emploi - CIE), dans le cadre du plan d’urgence pour l’emploi décliné à La Réunion.

Une forte consommation en 2015

Le maintien des taux élevés de prise en charge financière par l’État des contrats CAE-CUI non marchands (de 60 % à 95 %) et des emplois d’avenir (jusqu’à 90 % dans le secteur non marchand), ainsi que la montée en charge du programme européen d’initiative pour l’emploi des jeunes (IEJ) ont permis de dépasser les objectifs de réalisation des contrats aidés en 2015.

Au total, 43 414 mesures ont été utilisées en 2015 (contre 33 700 en 2014) dont 10 674 portées par l’IEJ. Ce dernier dispositif a permis notamment de multiplier les actions destinées notamment à renforcer l’acquisition des savoirs de base, en participant à des modules de lutte contre l’illettrisme par exemple mais aussi des actions de formation en mobilité et d’accompagnement vers l’emploi via des modules de préapprentissage ou d’aide à la création d’entreprise. Ces actions sont portées par les missions locales, le RSMA-R, l’École de la deuxième chance, LADOM…

L’enveloppe finançant l’ensemble des dispositifs s’élève quant à elle à 287 millions d’euros (hors IEJ).

Un effort de formation maintenu en 2015

La modification des règles du financement de la formation des contrats aidés, décidée par les partenaire sociaux au niveau national, a nécessité la mobilisation des services de l’État et des OPCA (organismes paritaires collecteurs agréés) pour accompagner et maintenir l’effort de formation en faveur des salariés bénéficiaires de contrats aidés.

Ainsi, à fin 2015, ce sont 5 000 bénéficiaires de contrats aidés qui sont entrés en formation pour un montant global mobilisé de 19,6 millions d’euros.

État des consommations des dispositifs d’aides et d’accompagnement à l’emploi en 2015 (hors IEJ)

  • 19 216 contrats CAE-CUI ont été signés pour le secteur non-marchand, dont 3 738 CUI-RSA (destinés aux bénéficiaires des minima sociaux) et
  • 2 364 CAE-DOM dans le secteur marchand.
  • S’y ajoutent :
  • 4 258 emplois d’avenir,
  • 3 726 contrats CIVIS,
  • 2 036 jeunes entrés en Garantie jeunes,
  • 1 140 emplois en ETP pour l’insertion par l’activité économique.

Allongement de la durée moyenne des contrats

L’allongement sensible de la durée des contrats (de 6,7 mois il y a 4 ans à 11,8 mois en 2015), soit 5 mois de plus gagnés en 3 ans, permet de renforcer la qualité des parcours d’insertion et de formation des bénéficiaires et d’améliorer leur employabilité.

Pour les CAE-CUI :

2012201320142015
6,74 mois 9,6 mois 11 mois 11,8 mois

Pour les emplois d’avenir non marchands, la durée moyenne est de 21 mois.


Kanalreunion.com