Luttes sociales

À l’approche de la campagne sucrière, le secteur agricole recrute

Premier Carrefour de l’emploi agricole de l’Ouest

Sophie Périabe / 24 juin 2010

L’Espace emplois et entreprises de Piton Saint-Leu (Plateforme de services publics), en partenariat avec la Cellule locale pour l’emploi agricole de l’Ouest (CLEA), a organisé le premier Carrefour de l’emploi agricole de l’Ouest sur le site du Foirail à Piton Saint-Leu.

Après « la matinée d’information et d’échange sur l’emploi agricole » réalisée en 2009, « nous avons décidé, cette année, de créer le Carrefour de l’emploi agricole de l’Ouest », explique Jérémy Piquet, coordonateur de l’Espace emploi-entreprise à Piton Saint-Leu. Cette manifestation vise à rassembler sur un même lieu les professionnels du monde agricole, les organismes de formation, les services publics et les demandeurs d’emploi. Le Carrefour s’est étendu à toute la zone Ouest et s’adresse à tous les publics.
En ces temps de ralentissement de l’activité économique, le monde agricole semble être une alternative d’emplois non négligeable pour les demandeurs aux profils polyvalents.
Le secteur offre en effet des possibilités d’insertion pour les métiers porteurs, notamment les travaux paysagers, l’élevage, le maraîchage, l’horticulture, jusqu’à la coupe de la canne à sucre. Et à l’approche de la campagne sucrière, le coupeur de cannes ou “l’agent polyvalent” sont des métiers très prisés. En effet, « aujourd’hui, l’exploitant agricole recherche davantage quelqu’un qui coupe la canne, qui entretient l’exploitation et qui sait conduire des engins, bref, un ouvrier polyvalent et qualifié », précise Jérémy Piquet.

Faire rencontrer l’offre et la demande

Les exploitants agricoles viennent au Carrefour chercher des informations sur les dossiers d’embauches, les types de contrat, etc., « ils viennent également tâter un peu le terrain auprès des demandeurs d’emploi ».
Des dizaines de collégiens, lycéens, demandeurs d’emploi sont aussi venus au Carrefour pour s’informer sur les différentes formations, avoir un premier contact avec des professionnels, trouver des réponses à leurs interrogations. Ils ne partiront sans doute pas avec un emploi, mais peut-être avec un entretien, une piste d’orientation, un contrat d’apprentissage, etc.
Pour le maire de Saint-Leu, il est très opportun de créer ce genre de journée à la veille de l’ouverture de la campagne sucrière. « Saint-Leu est aussi une commune agricole avec des atouts considérables ». La commune compte en effet beaucoup d’exploitations en friche à cause du manque d’eau. Mais avec les projets de retenue collinaire à La Chaloupe, au Plate, et la fin des travaux de basculement des eaux en 2011, la commune de Saint-Leu connaîtra un développement de l’agriculture, notamment dans les Hauts. Des emplois seront donc créés dans ce secteur, et il faudra, en face, de la main d’œuvre formée et qualifiée.

 Texte et photos Sophie Périabe 


Kanalreunion.com