Luttes sociales

À quand une direction à l’AGORAH ?

AJFER

Témoignages.re / 15 octobre 2012

Pas de capitaine à la tête de l’AGORAH depuis plus d’un an. Depuis aussi que l’AJFER a alerté contre le recrutement d’une personne venue d’ailleurs. Alors que des Réunionnais et des Réunionnais ont les compétences requises. Pourquoi une telle lenteur dans le recrutement s’interroge notamment l’AJFER.

Depuis février 2011, l’Agence pour l’observation de la Réunion, l’aménagement et l’habitat (Agorah) n’a plus de directeur, suite à la démission de Philippe Jean-Pierre.

Un an plus tard, en avril 2012, la procédure de recrutement est lancée. À cette période, l’AJFER s’est insurgée de la démarche qui préférait une personne venant de l’extérieur, alors qu’il existe des personnes formées à La Réunion, qui remplissent les critères de sélection pour ce poste.

JPEG - 37.3 ko

Interpellation de la présidente

Après plusieurs semaines de mobilisation, la procédure est annulée, et par la suite le Conseil régional ne donne pas son agrément à cette candidature.

En juillet 2012, nous avons interpellé à plusieurs reprises la présidente de l’Agorah, Mme Coupel-Sauret. À chacune de nos interpellations, nous lui avons demandé des informations sur la relance de la procédure et les conditions mises en œuvre, afin que ce poste n’échappe pas à un Réunionnais possédant les connaissances et compétences requises. Nous regrettons qu’aucune réponse ne nous soit parvenue à ce jour. 


Depuis un an et huit mois, l’Agorah est abandonnée. Une organisation comme celle-ci ne peut se gérer sans capitaine à bord et sans avoir de conséquences graves pour les employés, dans un premier temps, et pour la mise en place des missions, dans un second.

Le recrutement local

Depuis sa création, l’AJFER se bat pour l’emploi à La Réunion, et s’alarme des chiffres du chômage qui ne cessent d’augmenter et touche l’ensemble de la population. Si le manque d’emploi à La Réunion est justifié par de telles méthodes de recrutement et que la sortie de ce système repose essentiellement sur une vision nouvelle du développement de notre île, nous sommes forcés de constater que rien n’est engagé pour changer les choses et ainsi permettre aux Réunionnais d’occuper les postes disponibles à La Réunion.

Comment tolérer, dans le contexte économique et social que nous connaissons, que de telles méthodes puissent se produire ? Face à cela, l’AJFER condamne la lenteur de la gestion de ce dossier par la présidente de l’Agorah et demande à ce que la procédure de recrutement soit relancée avant le 31 octobre 2012.

Un nouveau courrier a été envoyé dans ce sens à la présidente de l’Agorah, Mme Fabienne Couapel-Sauret. Et en l’absence de relance de la procédure, nous allons durcir la mobilisation et serons au siège de l’Agorah, le 31 octobre 2012, afin que la procédure de recrutement soit relancée en urgence.

Pas un emploi disponible à La Réunion ne doit échapper aux personnes formées de La Réunion.


Kanalreunion.com