Luttes sociales

Agir Pou Nout Tout demande à la Région de sauver ses contrats aidés

Suppression des “emplois verts” de la rivière du Mât

Témoignages.re / 29 juillet 2010

Pourquoi défendre la candidature de La Réunion au Patrimoine mondiale de l’UNESCO et vouloir supprimer les “emplois verts” ? Pourquoi, alors que l’association entretient depuis 10 ans des sites touristiques à Bras-Panon, n’aurait-elle plus le droit de le faire aujourd’hui ? Agir Pou Nout Tout demande à la Région de maintenir ses contrats aidés.

Supprimer les “emplois verts”, c’est priver l’association Agir Pou Nout Tout d’une importante partie de son budget et la condamner à mettre la clé sous la porte. Les membres d’Agir Pou Nout Tout craignent qu’on en arrive là.
Depuis deux mois, l’association attend le renouvellement de ses contrats aidés pour le site des berges de la rivière du Mât. Mais la Région a demandé à l’association de fournir une « autorisation du propriétaire des lieux », qui n’est autre que la commune de Bras-Panon. Pourtant, l’association entretient les berges de la rivière du Mât depuis 10 ans.
La semaine dernière, les “emplois verts” ont fait grève, mais ils n’ont obtenu aucune réponse quant au devenir de leurs contrats qui prennent fin le 31 août. La présidente, Monique Iori, a tiré une nouvelle fois la sonnette d’alarme hier, accompagnée de Jean-Bernard Imouza Ichiza et Jean-Pierre Catan, deux encadrants des “emplois verts”, ainsi que d’Alice Moindjie, membre d’Agir Pou Nout Tout.

Quatre sites touristiques, 40 emplois

Monique Iori laisse entendre que l’association est décidée à se battre. Ancienne salariée licenciée de l’ARAST, la présidente d’Agir Pou Nout Tout a demandé à rencontrer son ancienne collègue Valérie Bénard, aujourd’hui vice-présidente au Conseil régional. « J’espère qu’elle va nous accorder un rendez-vous pour nous aider à sauver les emplois », déclare Monique Iori. Jean-Bernard Catan rappelle pour sa part que la Région a promis de créer 10.000 “emplois verts”. En supprimer ne serait donc pas logique.
À l’heure où le Parc National de La Réunion est candidate au Patrimoine mondial de l’UNESCO, il serait de plus incohérent de s’en prendre à ceux qui prennent soin de l’environnement. Monique Iori affirme qu’Agir Pou Nout Tout ne laissera pas Daniel Gonthier, maire de Bras-Panon, mais aussi président du Parc National, être le « fossoyeur d’un maillon de la grande chaîne réunionnaise de ce patrimoine naturel ». Alors même qu’il défend en ce moment même la candidature de l’île au Brésil.
Agir Pou Nout Tout s’occupe de l’entretien de quatre sites touristiques à Bras-Panon : la rivière du Mât, le Bras des Lianes, la rivière des Roches et le Bassin Rosaire. En tout, 40 “emplois verts” en contrats aidés. L’incertitude plane pour les six emplois de la rivière du Mât, mais aussi pour ceux du Bassin Rosaire. Ces deux sites sont en effet concernés par les demandes de renouvellement de contrats aidés cette année.

Plus de contrats aidés, plus d’association

Mais de ces “emplois verts” dépendent aussi les autres activités de l’association. La subvention régionale aide au fonctionnement, par exemple le loyer, et à maintenir le soutien scolaire, l’initiation à l’informatique... Qui ne connaît pas Agir Pou Nout Tout ? Né du Mouvement des chômeurs panonais en 1998, l’association est devenue une référence sur l’île pour les personnes en difficulté sociale. « Les gens viennent de partout », affirme Monique Iori.
L’année dernière, l’association a pu être sauvée d’une situation financière délicate, grâce à un appel aux dons. Le bilan financier 2009 affiche un excédent de 24.000 euros après un déficit de 29.000 euros pour l’exercice 2008. Agir Pou Nout Tout avait notamment dû licencier 3 salariés et en mettre d’autres à mi-temps, mais c’est surtout la solidarité des familles qui a sauvé l’association. Pour Monique Iori, « on ne peut pas accepter aujourd’hui que des élus détruisent la volonté populaire, alors que l’association a pu se redresser grâce au soutien de la population ».

EP


Kanalreunion.com