Luttes sociales

Ambition revue à la baisse pour la réussite de nos lycées

Restriction budgétaire dans l’Éducation

Témoignages.re / 15 février 2011

Voici un communiqué de l’UNSA Éducation dénonçant la politique de restriction budgétaire du gouvernement dans l’Éducation nationale.

« Les lycées d’enseignement général et technologique (LEGT) et les lycées professionnels (LEP) paient un lourd tribut dans la politique de restriction budgétaire appliquée dans notre Académie pour la rentrée scolaire 2011.
Les dotations horaires attribuées aux établissements sont insuffisantes et remettent même en cause les priorités définies par le ministère : accompagnement des élèves, personnalisation des parcours, la réforme de la voie professionnelle et la réforme du lycée.
Alors que 27% des élèves entrant en Seconde dans les lycées publics de l’Académie à la rentrée 2010 ont obtenu une moyenne inférieure à 10/20 aux épreuves écrites du Diplôme national du Brevet et 28% ont eu une moyenne entre 10 et 12/20, le Rectorat impose un effectif de 35 élèves par classe en Seconde.
Cette règle de calcul n’a pour objectif que de répondre à la commande du ministère de 81 suppressions de postes d’enseignants dans les établissements du second degré, de 5 postes administratifs et le redéploiement des personnels des laboratoires de sciences affectés en collèges vers les lycées.

En LEGT :

- 10 postes d’enseignants sont supprimés à Lislet Geoffroy à Saint-Denis, à Amiral Pierre Bouvet à Saint-Benoît,

- 5 postes sont supprimés à Paul Moreau de Bras-Panon, aux Avirons, à Jean Hinglo au Port,

En LEP :

- 13 postes d’enseignants sont supprimés au LEP de Saint-Pierre,

- 12 postes sont supprimés au lycée Vue Belle de Saint-Paul,

- 10 postes sont supprimés au LEP Patu de Rosemont de Saint-Benoît,

- 8 postes sont supprimés au LEP Victor Schoelcher de Saint-Louis,

- 6 postes au LEP De Rontaunay à Saint-Denis.

Quid des activités en “petits groupes”, de certains dispositifs pédagogiques (tutorat, élèves passerelles…), du plan sciences du ministre ?
Nous sommes arrivés au bout du discours du faire mieux avec moins.
Aujourd’hui, l’inquiétude et le ras-le-bol de la communauté éducative sont de rigueur dans les établissements. L’UNSA Éducation demande au ministre de mettre fin aux suppressions de postes dans notre Académie et de mettre en œuvre une véritable politique éducative prenant en compte les profils, les besoins et les attentes de nos élèves. »

UNSA Éducation


Kanalreunion.com