Luttes sociales

« Amplifions la lutte juridique et la mobilisation »

Assistants d’éducation

Témoignages.re / 21 septembre 2009

Suite au référé de vendredi dernier, le SGPEN-CGTR note que le recteur peut sursoir aux licenciements et appelle à la solidarité la plus large autour de la lutte des jeunes Réunionnais.

« Le SGPEN-CGTR se félicite que le juge des référés du tribunal administratif de Saint-Denis dans ses premières observations ait précisé qu’il avait le pouvoir de prolonger un contrat qui existe et qu’il peut dès lors ordonner au recteur de surseoir aux licenciements des assistants d’éducation en postes
Le juge des référés rendra son ordonnance le 5 octobre 2009.
Il a été évoqué que des dispositions basiques et élémentaires, qui obligent pourtant l’employeur à informer le salarié par lettre recommandée deux mois avant la rupture du CDD, n’ont pas été respectées.
L’Éducation nationale pei a visiblement une marge de progression importante dans le domaine du respect de la règle de droit
Le combat mené par les assistants d’éducation, plus particulièrement par ceux qui étaient précédemment sur des contrats emplois jeunes et qui cumulent plus de 10, 11 ans d’ancienneté est de même nature que celui engagé par les précaires de droit privé : Respek not droits ! Non à la précarité ! Pour des emplois durables et pérennes !
L’administration, pour faire tourner à moindre frais ses services, détourne les dispositifs de lutte contre la précarité. Ainsi elle emploie des personnels précaires sur des emplois permanents, sur de mêmes missions. Le seul fait qu’elle remplace un AED qui cumule plus de 10 ans d’ancienneté (cumul emploi jeune et AED) par un autre AED justifie le caractère permanent de l’emploi. Elle empile des dispositifs juridiques différents emplois jeunes (contrat de droit privé et AED, contrat de droit public) pour pérenniser la précarité car ca lui coute moins cher que des emplois statutaires
Le SGPEN CGTR conseille au Recteur d’académie de prendre enfin toute la mesure de l’importance des affaires en cours.
Le SGPEN CGTR appelle tous les assistants d’éducation à faire valoir leurs droits en saisissant massivement le tribunal administratif.
Le SGPEN CGTR se tient à la disposition des AED pour leur apporter aide, conseil et assistance juridique pour la formulation et l’établissement des requêtes en référé et requête introductive d’instance
Au-delà du juste combat juridique, le SGPEN CGTR exige qu’il soit mis un terme à la précarité dans les services de l’éducation nationale.
Pour ce faire, nous réaffirmons avec force nos revendications :

- Mise en place d’un plan de résorption de la précarité par la création de postes statutaires
Dans l’attente nous exigeons un gel des licenciements en cours ».


An plis ke sa

Grèves à La Poste
À l’appel de la CGTR et d’autres syndicats, une journée d’action a lieu aujourd’hui à La Poste. Les représentants des travailleurs s’opposent au changement de statut de l’entreprise publique qui est la porte ouverte à la privatisation.
Sur le plan local, cette journée s’ajoute à la mobilisation à Saint-Louis, Cilaos et l’Etang-Salé où des préavis de grève illimitée ont été déposés.
Un autre préavis de grève illimité est également déposé pour que la direction améliore les conditions de travail des agents de la Force de vente. La CGTR met en garde : les méthodes de management de France Télécom montrent que le pire peut arriver.

Grève à la CINOR
Lancé la semaine dernière, le mouvement de grève à la CINOR se poursuit aujourd’hui. Lancé par la CGTR et l’UNSA, ce mouvement met en cause des déplacements arbitraire et dénonce une dégradation des conditions de travail. Les grévistes ont demandé à rencontrer Ericka Bareigts, présidente de la CINOR. Seront-ils écoutés ?

ARAST : l’Intersyndicale devant le Conseil général
L’Intersyndicale CFTC-CFDT-CGTR-UNSA-FSU-Solidaires a prévu d’intervenir ce matin à 11 heures devant le Conseil général sur la question de la liquidation judiciaire de l’ARAST.


Kanalreunion.com