Luttes sociales

Après les chiffres, l’ARCP et l’AJFER veulent des actions

28,9% de chômage d’après l’INSEE

Témoignages.re / 12 novembre 2010

L’enquête emploi de l’INSEE confirme pour l’ARCP et l’AJFER la gravité de la situation sociale à La Réunion. Elles déplorent une fois de plus la démission des pouvoirs publics.

Le taux de chômage s’élève à 28,9% d’après l’enquête emploi 2010 de l’INSEE. Soit 98.500 chômeurs, 9.500 de plus que l’an dernier. Dévoilés en début de semaine, ces chiffres n’ont pas manqué de faire réagir l’ARCP (Alliance des Réunionnais contre la pauvreté) et l’AJFER (Alliance des jeunes pour la formation et l’emploi des Réunionnais).
A l’issue d’une rencontre avec le directeur régional de l’INSEE mercredi dernier, Jean-Hugues Ratenon, Gilles Leperlier et Éric Parlier ont dénoncé l’absence de réaction des élus et du gouvernement face à une situation préoccupante. D’autant plus que les 28,9% ne prennent pas en compte les 26.000 emplois aidés et les 35.000 personnes découragées par la recherche d’emploi. Avec 159.000 personnes qui se déclarent en recherche d’emploi, le taux atteint 46,7% des actifs.
L’enquête de l’INSEE conforte Jean-Hugues Ratenon dans la nécessité de classer La Réunion en « zone française à état social aggravé ». Il appelle ainsi les parlementaires qui ont approuvé le budget de rigueur de l’Outre-mer à faire preuve de responsabilité. Mais aussi les élus locaux, en particulier ceux de la micro-région Est qui bat les records avec 33% de chômage malgré la création de la Zone franche urbaine.
Pour le président de l’ARCP, les clauses en matière d’embauche des jeunes des quartiers ne seraient pas respectées. Quant aux emplois aidés qui ont contribué à amortir la crise, Jean-Hugues Ratenon propose de transformer ces contrats précaires en emplois de proximité pérennes. « Une réforme des emplois aidés pourrait créer des milliers d’emplois », selon lui.
Gilles Leperlier, pour l’AJFER, constate que le chômage des jeunes s’est dégradé de 52% à 55,3%. « Il s’agit du plus fort taux de chômage des jeunes en Europe », souligne-t-il. L’AJFER déplore l’absence de mesures spécifiques et continue à militer pour l’embauche prioritaire des jeunes Réunionnais.

EP


Kanalreunion.com