Luttes sociales

« Arrêtons de parler des jeunes sans les jeunes »

Festival international de la jeunesse réunionnaise J-3

Témoignages.re / 11 juillet 2011

Hier matin, à quelques jours du Festival international de la jeunesse réunionnaise (FIJR), le comité de pilotage a tenu une conférence de presse. L’occasion entre autres de faire un bilan d’étape sur l’avancée de l’organisation de l’évènement et de présenter de manière plus détaillée le programme de la journée.

• Août 2010 – Août 2011 : “Notre Année, Notre Voix”
Il y a un an l’ONU lançait l’Année internationale de la jeunesse (Août 2010- Août 2011), placée sous le thème “Notre Année, notre Voix” et pour slogan “Dialogue et compréhension mutuelle”.
Les jeunes à La Réunion sont souvent cités dans les beaux discours qui rappellent et ce à juste titre qu’ils sont l’avenir. Mais au-delà des belles paroles, force est de constater que ces jeunes ne sont pas suffisamment pris en considération : absents des politiques mises en place, absents dans les débats, absents dans les responsabilités…
Cela ne peut plus durer et la situation nous rappelle chaque jour un peu plus qu’une véritable place doit être faite aux jeunes : plus de la moitié des jeunes sont au chômage, beaucoup vivent dans une grande précarité, peu de perspectives leur sont données…
En cette année, les jeunes réclament que cette coutume installée de longue date cesse, « arrêtons de parler des jeunes sans les jeunes ».

• 14 Juillet 2011 : Festival international de la jeunesse réunionnaise
Dès 8h30, ce jeudi 14 Juillet à l’espace Scénopolis à Saint-Louis, les portes du festival s’ouvriront afin d’accueillir l’ensemble des participants. S’ensuivra la cérémonie d’ouverture avec des artistes locaux.
La matinée sera ensuite consacrée à la présentation du projet "Nou lé kapab pou nout péi". Pour rappel, dans le cadre de cette année, il est important que chaque jeune puisse exprimer ses revendications. Le comité de pilotage du Festival international de la jeunesse est parti à leur rencontre et a recueilli un certain nombre de contributions sur différentes thématiques, de la question des transports au logement en passant par l’éducation ou encore, la culture.
Le but ici est véritablement de responsabiliser les jeunes face aux défis qui les attendent et de replacer l’être humain comme acteur de la société.
Après une pause restauration, l’après-midi sera consacrée à des débats sur l’avenir de La Réunion. Chaque jeune est invité à donner son avis sur ce qu’ensemble, nous souhaitons pour notre île.
Une synthèse sera faite de ces débats et la journée s’achèvera par un kabar ainsi qu’une soirée festive. Parmi les artistes présents, nous pouvons citer : Zorro Chang, LGA, Soprasound Family, Classe Harmonie, Guillaume Etheve… et plein d’autres artistes.


Venue d’une délégation seychelloise

« Nous avons souhaité dans le cadre de ce Festival international et parce que l’avenir de La Réunion ne pourra se faire de manière indépendante des pays qui nous entourent, convier des jeunes de la zone océan Indien », précise le comité de pilotage.
L’équipe est heureuse de pouvoir accueillir deux jeunes Seychelloises, siégeant au Conseil National de la Jeunesse aux Seychelles qui nous feront l’honneur de leur présence. Elles interviendront lors du festival et notamment sur la thématique du créole et de sa pratique dans le milieu scolaire. En effet, l’enseignement du créole a permis d’augmenter de façon considérable le niveau des élèves en anglais et en français.
Cette délégation arrivera demain à 18 heures à l’aéroport de Pierrefonds à Saint-Pierre. Au-delà du festival, c’est aussi l’occasion de leur faire visiter l’université et les logements étudiants qui accueillent chaque année de nombreux seychellois.


« L’avenir nous appartient »

« La réalisation de ce festival est un travail de longue haleine et nous espérons bien évidemment y voir le maximum de jeunes. Des bus ont été réservés. Même si l’on sait que ce n’est pas facile de mobiliser les jeunes, nous constatons depuis plusieurs jours, un véritable engouement qui se crée autour du festival : multiplication des publications sur les réseaux sociaux, de nouveaux militants, des appels, des messages…
Des jeunes qui à un moment se disent "oui, allons-y". Tout est fait de manière artisanale, des maquettes d’affiches aux collages, en passant pour la communication sur internet. Une participation de toutes celles et tous ceux qui le souhaitent, une expérience riche et humaine.

Nous espérons donc que ce sera une grande réussite et que cette journée permettra de mettre les jeunes et La Réunion sur une dynamique de construction de l’avenir. L’avenir nous appartient, travaillons-y dès aujourd’hui ».

Le FIJR


Kanalreunion.com