Luttes sociales

Attention au risque d’une « génération perdue »

Message du secrétaire général des Nations unies

Témoignages.re / 14 août 2012

À l’occasion de la Journée internationale de la Jeunesse, célébrée le 12 août, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a souligné vendredi que les jeunes d’aujourd’hui, qui sont plus nombreux que jamais par le passé et qui, dans leur grande majorité, vivent dans les pays en développement, représentent une chance sans précédent pour l’humanité dans son ensemble.

« Ils sont pourtant trop nombreux, y compris parmi les plus diplômés, à percevoir des salaires de misère, à occuper des emplois sans avenir ou à être victimes de taux de chômage records. Ce sont les jeunes qui ont le plus souffert de la crise économique mondiale, et l’aggravation des inégalités en décourage plus d’un, à juste titre », a rappelé M. Ban dans son message.
« Beaucoup n’ont aucune perspective d’avenir à court terme et ne peuvent participer à la vie sociopolitique et au développement de leurs pays. Si nous n’agissons pas de toute urgence, tous ces talents gâchés et ces rêves brisés risquent de donner jour à une génération perdue », a-t-il ajouté.

Les jeunes doivent participer à la décision

Le secrétaire général a indiqué que le travail aux côtés des jeunes et dans leur intérêt figure parmi ses premières priorités puisqu’il s’agit, selon lui, d’encourager les jeunes à utiliser leur créativité et leurs ressources pour être des vecteurs du changement, tant sur la place publique que dans le monde virtuel.
« Que ce soit par leur rôle essentiel en défense de la liberté, de la démocratie et de l’égalité ou par leur mobilisation mondiale à l’appui de la Conférence des Nations unies sur le Développement durable Rio+20, les jeunes une nouvelle fois ont montré qu’ils avaient l’intention et les moyens d’inverser le cours de l’Histoire et de s’attaquer aux problèmes mondiaux », s’est félicité M. Ban.
Les jeunes veulent et doivent participer pleinement à la formulation des politiques qui auront une incidence sur leurs vies. Pour cela, il faut multiplier et renforcer les dispositifs de participation des jeunes, a-t-il préconisé.

Préparons de grands dirigeants éclairés

« En cette Journée internationale, j’engage les gouvernements, les représentants du secteur privé et de la société civile et les universités à leur ouvrir grand leur porte et à resserrer leur partenariat avec les organisations de jeunes. Il est dans le pouvoir des jeunes de faire en sorte que la nouvelle ère ne soit pas porteuse de plus grands périls, mais de progrès. C’est notre devoir de les aider à devenir des adultes responsables qui enfanteront de nouvelles générations de grands dirigeants éclairés », a ajouté le secrétaire général.


Kanalreunion.com