Luttes sociales

« Au-delà des effets d’annonce, une réalité : une rentrée placée sous le signe de 147 postes supprimés »

La CGTR-Educ’action et les annonces du Rectorat

Témoignages.re / 6 juillet 2012

Dans un communiqué diffusé hier, la CGTR-Educ’action réagit à la publication par le Rectorat du nombre des postes supplémentaires attribués à La Réunion pour cette rentrée. C’est toujours loin du compte. Voici de larges extraits du communiqué diffusé hier.

Le recteur étant à Paris, c’est le DASEN (directeur des services académique de l’Éducation nationale) qui a présenté au comité technique de ce jeudi 5 juillet 2012 la déclinaison du plan d’urgence dans le second degré après avoir rappelé les arbitrages déjà rendus pour le 1er degré (restitution de seulement) 15 postes.
Pour le second degré, dans notre académie la fameuse déclinaison des 6.000 postes dans le second degré se traduit pour l’heure par :
• 111 postes d’assistants d’éducation, 


• 6 postes seulement de conseillers principaux d’éducation (100 postes créés au niveau national),
• 82 postes d’auxiliaires de vie scolaire, ce qui ne permet même pas de rattraper la seule moyenne nationale de l’an passé malgré tous les retards et besoins identifiés en ce domaine.

Comme nous l’avions annoncé, les mesures prisessont égales à moins de 5% d’emplois statutaires de fonctionnaires et plus de 95% d’emplois précaires (AED, AVS, "médiateurs"). Le recours à la précarité continue donc de plus belle !
Il faut faire le distinguo entre réelles créations de postes et opération de communication. Ainsi, le flou est savamment entretenu entre véritable création nette d’emploi et simple recrutement de nouvelles personnes sur des emplois déjà existants pour exercer les mêmes missions ou simple prolongation de contrat jusqu’au terme légaux de ceux-ci.
En fait, la seule annonce d’emploi statutaire porte sur la création de 6 postes seulement de Cpe pour notre académie, ce qui constitue une misère au regard d’une mise à niveau à urgente et nécessaire des emplois statutaires dans la filière vie scolaire.
Nous sommes loin, très loin du compte et de l’indispensable prise en compte de nos spécificités pour remettre sur les rails notre système éducatif.
La CGTR-Educ’action constate et regrette que la situation particulière de La Réunion n’ait pas été prise en compte et exige avec l’intersyndicale l’annulation des 147 suppressions de postes pour la rentrée 2012/2013.


Kanalreunion.com