Luttes sociales

Au plus près des besoins de la population

Saint-Paul et Saint-Leu signent des conventions territoriales globales avec la CAF

YVDE / 26 décembre 2009

Les conventions signées, les 17 et 18 décembre 2009 entre les municipalités de Saint-Leu et de Saint-Paul et la Caisse d’allocations familiales (CAF), « formalisent les engagements des partenaires pour le développement d’actions concertées sur le territoire de la commune », pour une durée d’un an, "à partir d’un diagnostic partagé". Cinq autres communes bénéficieront de ce dispositif expérimental.

À Saint-Leu, un certain nombre d’actions — dont certaines sont bien engagées — vont être cofinancées : création de deux crèches au Piton et dans la ZAC du Four à chaux et de trois micro crèches à l’Étang, aux Colimaçons et à la Chaloupe ; offre diversifiée de loisirs pour les jeunes ; opération d’amélioration de l’habitat pour une centaine de familles et subvention pour 157 logements locatifs très sociaux ; création d’un centre d’hébergement pour les mères avec enfants sans abri ; ouverture d’une épicerie sociale inaugurée le 22 décembre 2009 ; ateliers de remobilisation pour les allocataires de l’Allocation parent isolé (API). Au total, la CAF va investir 5,1 millions d’euros, soit 49% du financement de ces actions en investissement comme en fonctionnement. Le reste étant financé par la Commune (3,9 millions d’euros), par le Département (537.800 euros) et par divers intervenants dont la Région Réunion (1,06 millions d’euros).
À Saint-Paul, le 18 décembre 2009, la députée-maire, Huguette Bello, le président de la CAF, Éric Marguerite et le directeur de la CAF, Jean-Charles Slama, ont signé le même type de convention. Elle permettra, notamment, la création de 11 micro crèches, de 2 crèches de 60 places à l’EÉang, d’une crèche inter entreprises et de 5 mini crèches. Mais, aussi le maintien de 200 places au sein des structures d’accueil (8 micro crèches et l’accueil loisirs sans hébergement), la remobilisation des activités périscolaires, l’accompagnement des jeunes vers l’autonomie, l’aide aux familles confronté à des difficultés fragilisant la famille ou l’accompagnement du parcours d’insertion sociale pour faciliter le retour dans l’emploi de publics précaires. Au programme de cette convention l’amélioration de l’habitat insalubre pour une quarantaine de familles. Au total, ce sont 27 millions d’euros qui vont être investis, dont 7,2 millions d’euros à la charge de la commune.

YVDE


Kanalreunion.com