Luttes sociales

Aucune évolution pour les profs-stagiaires

Enseignants mutés en métropole

Témoignages.re / 16 avril 2010

Les 41 enseignants mutés en région parisienne à la rentrée prochaine doivent encore patienter avant d’être fixés sur leur sort. Dans le cadre de son déplacement en France, Didier Robert a évoqué le dossier des enseignants lors de sa rencontre avec le ministre de l’Éducation nationale, Luc Châtel, ce mercredi 14 avril, mais aucune décision n’a été prise.
« Nous n’avançons pas dans ce conflit. Une résolution au cas par cas, c’est ce dont on nous parle depuis trois semaines, mais rien ne bouge », constatent les enseignants. Ils se sont rassemblés dès 8h30 hier matin devant les grilles du Rectorat pour manifester leur mécontentement. Vers 11 heures, ils sont retournés à la Région pour faire le point avec un élu du Conseil régional après la rencontre qui a eu lieu en métropole.

Rappelons que mercredi, une délégation du Collectif profs 974 a donné une conférence de presse pour sensibiliser les futurs stagiaires de l’IUFM. Dans un premier temps, ils ont rappelé l’objectif de leur mobilisation : l’occupation des postes vacants par des personnes qui ont des intérêts moraux et matériels à La Réunion et la libération des heures supplémentaires.
Par la suite, « nous avons discuté avec eux de leurs futures affectations en tant que professeurs stagiaires. À l’heure d’aujourd’hui, le Rectorat a réservé 117 postes pour eux. Ce qui est très insuffisant. En effet, chaque année, l’Académie de La Réunion compte en moyenne 160 lauréats. Dans les filières professionnelles, on ne proposera qu’un poste vacant. Dans d’autres sections, il n’y en aura pas », déplorent les professeurs concernés par le mouvement inter-académique.
La présidente du Conseil général, Nassimah Dindar, s’est elle aussi engagée à défendre les enseignants au ministère de l’Éducation nationale lors de son déplacement en France jusqu’à hier.
Le ministre Luc Châtel devrait rendre une réponse définitive dans les prochains jours après un nouvel examen du dossier. Trois pistes de travail devraient être étudiées : « les postes vacants, la libération des heures supplémentaires et le cas des stagiaires IUFM de l’année prochaine », explique le collectif des professeurs mutés. En attendant, les enseignants ont passé une sixième nuit à la Pyramide inversée hier soir.


Kanalreunion.com