Luttes sociales

Avec peu de moyens !

Jean Fabrice Nativel / 2 septembre 2009

La journée organisée dimanche dernier au Centre Cœur Saignant du Port — par des amis(es) — pour des personnes sans domicile, on s’en souviendra. Heureux étaient les invités ! Une attention toute particulière leur a été apportée. Elles en ont besoin car qui s’intéresse vraiment à leur devenir ? Avant de se retrouver à la rue, elles menaient une autre vie. Elles travaillaient, vivaient en couple, avaient des enfants… Un événement survient — perte d’emploi, séparation, décès… — et du jour au lendemain, leurs vies basculent. Les voilà entraînées toutes seules dans le désespoir. Elles ne bénéficient pas d’accompagnement pour remonter la pente, si bien que jour après jour, elles s’enfoncent jusqu’à se retrouver à la rue. Et s’enfoncer encore plus ! Dans cette situation, plus d’amis. Ces personnes n’existent plus. Pourtant, dimanche, ces personnes sans domicile respiraient le bonheur. On ne leur avait offert qu’une variété de musiques et de repas. Comme quoi, quand on veut, on peut, et avec peu de moyens !

J.-F. N.


Rude la rue !

La pauvreté, si vous voulez, on peut continuer à en parler. Prenez l’exemple de cette dame que l’on croise dans les rues de Saint-Denis poussant un petit caddie. Hier matin, elle tentait de casser à même le sol un morceau de pain devenu dur comme du roc. On ne sait si elle est parvenue à ses fins. Ce que l’on sait, c’est qu’elle ne mange pas à sa faim. La vie d’un homme à la rue est rude ! Celle d’une femme, on ne peut s’empêcher d’y penser.

J.-F. N.


Ça continue ?

Salon des deux-roues, on en parle encore. Terminée la semaine dernière, la réclame pour ce rendez-vous continue à dérouler sur les panneaux prévus à cet effet. Pourquoi cela ? I kour dèrièr larzan ?

J.-F. N.


Kanalreunion.com