Luttes sociales

Bilan positif pour la délégation Réunionnaise

17ème Festival mondial de la jeunesse

Céline Tabou / 27 décembre 2010

Plus de 15.000 jeunes venant de près de 150 pays ont participé à la rencontre des organisations des jeunesses communistes et progressistes du monde entier placée cette année sous le thème : "Vaincre l’impérialisme, pour un monde de paix, de solidarité et de transformation sociale". Parmi ces jeunes présents durant 10 jours en Afrique du Sud figurait une délégation de 13 Réunionnais.

Organisée à l’initiative de l’Alliance de la jeunesse pour la formation et l’emploi à La Réunion (AJFER), la délégation Réunionnaise était également composée de membres de l’UNEF, et de l’UNL, est revenu d’Afrique du Sud, avec une vision toute autre du monde.
Conscients de la chance qu’ils ont eu de partir, les treize jeunes ont pu porter la voix de la jeunesse Réunionnaise à travers le monde.
À travers des rencontres et des échanges, La Réunion a réussit à se mettre en avant, et montrer que l’île française avait ses spécificités et ses revendications. Parmi, les grandes réussites de la délégation, Gilles Leperlier et Alexis Chaussalet ont exposé les difficultés des Réunionnais, notamment auprès de la délégation venue de France, composée des Jeunes communistes.

Connaître La Réunion, et ses spécificités

Lors des échanges, il est apparu que certains délégués, notamment originaires d’Afrique (Congo, Sénégal), mais aussi de Nouvelle Zélande, d’Angleterre, des Etats-Unis, et d’Irlande, connaissaient l’histoire de La Réunion, notamment son statut d’ancienne colonie. Pour eux, La Réunion reste française mais possède une économie propre, et un développement possible pour le bien-être des Réunionnais. Au delà du besoin de situer géographiquement La Réunion, les délégués ont prit conscience des besoins de l’île et des revendications des jeunes Réunionnais.
Reconnaissant que la situation à La Réunion était plus alarmante qu’en France, les délégués français ont admit que « vous avez les mêmes problèmes que nous, sauf qu’ils sont multipliés par dix ».
À cause du manque d’informations, des délégués ont tenu à ce que la délégation réunionnaise les tienne au courant, via internet, des luttes menées par l’AJFER, l’UNEF, et l’UNL. « Nous voulons savoir ce qui se fait chez vous. Il est important de rester en contact », a indiqué l’une des délégués des Etats-Unis. Garder le contact pour rester solidaire.
Une victoire pour La Réunion

Dans son communiqué final, la Fédération Mondiale de le Jeunesse Démocratique, présidée par Tiago Vieira, a prit en compte la revendication de la délégation réunionnaise. A savoir, la démilitarisation de la Zone Océan Indien. « Il s’agit d’une grande victoire pour la délégation réunionnaise », a annoncé Gilles Leperlier, lors de l’annonce faite lors de la clôture du festival.
A l’instar des centaines de délégations présentes, la jeunesse réunionnaise a réitéré ses revendications. Sur le plan local, l’embauche des Réunionnais reste prioritaire notamment avec la situation du chômage à La Réunion qui n’est comparable à aucun autre département de France et nécessite la prise en compte des spécificités locales ainsi que des mesures adaptées.
Sur le plan national, la fin d’une politique de casse sociale mise en place par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, et sur le plan international, la paix, la solidarité, la fin de l’impérialisme et du colonialisme, et enfin la transformation sociale de la société.

De notre envoyée spéciale Céline Tabou



Un message, un commentaire ?



Messages






  • "mais possède une économie propre, et un développement possible pour le bien-être des Réunionnais"

    faut arrêter de rêver...

    "démilitarisation de la Zone Océan Indien".. fin du RSMA...ô combien utile et formateur pour la "jeunesse réunionnaise"

    dernière question : puisqu’il s’agit de rassemblement de jeunesse communiste et progressiste, si l’on ne doutait plus pour l’AJ(de)FER, UNEF et UNL sont donc pro communistes..

    par ailleurs, quelle est la représentativité de ces représentants ? en quoi sont ils les porte paroles de la "jeunesse réunionnaise"..?

    je suis enclin à penser que certains s’arrogent des titres pompeux et ronflants, pour le plaisir d’exister médiatiquement, à l’instar de ceux qui, bardés de titre pompeux valide (à défaut de fonds, il faut savoir utiliser la forme), sont justement la cible de leurs critiques.. étonnant non ?

    Article
    Un message, un commentaire ?






    • C’est bien le droit de la jeunesse de rêver, et de réaliser le rêve de développer son pays. Pour le reste, les pays émergents sont dirigés par des progressistes, les pays de notre région ont des gouvernements issus des luttes des progressistes, regardez l’Afrique du sud. Enfin je n’ai pas entendu sauf erreur de ma part ces jeunes se dire "porte paroles de la jeunesse réunionnaise", j’ai quand même pu voir que dans la délégation, il y a une représentante du peuple en tant que conseillère régionale, il y a des responsables des organisations de lycéens et d’étudiants les plus représentatives à la Réunion. Cher Nicolas de Launay de la Perrière, ouvrez les yeux sur cette jeunesse qui se bat pour l’avenir de son pays.

      Article
      Un message, un commentaire ?






    • la Réunion ne pourra jamais, et c’est pas faute de jeunesse en mal de rêve, arriver à fournir un niveau d’emploi susceptible d’absorber la totalité des nouveaux entrants chaque année sur le marché de l’emploi local.

      rêver c’est bien, être pragmatique, c’est mieux. entre "dream politik" et "real politik", le choix est sans équivoque.. sans doute avec l’âge aidant, la jeunesse rêveuse décrite ici(puisqu’il s’agit de délégation réunionnaise et non délégation de réunionnais, terme plus approprié) saura voir et sortir de son aveuglement idéologique, savamment orchestré par qui l’on sait.

      ensuite, pour ce qui est de la représentativité des organisations lycéennes, laisse moi rire, Che.. plus bidon que ceux là, c’est difficile de trouver (du point de vue de la représentativité).

      mais bon, ces jeunes ont besoin d’occupation..qu’il le fasse avec leur propre budget certes, mais pas celui des collectivités locales qui ont d’autres dépenses à assumer, que ce type de voyage relativement fumeux.

      Article
      Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com