Luttes sociales

Bouygues licencie à cause de décisions politiques

Arrêt du tram-train et d’une autoroute en Slovaquie

Céline Tabou / 7 septembre 2010

Bouygues perd de gros contrats à cause de décisions politiques, et les travailleurs paient. A La Réunion, le géant français du BTP ne peut plus compter sur le projet du tram-train, et en Slovaquie, c’est l’autoroute D1 qui pousse Bouygues à mettre en place un plan de redressement. À chaque fois, ce sont des milliers d’emplois qui sont supprimés.

Bouygues va licencier 2.400 personnes de sa filière Colas en Europe centrale, dans le cadre du plan d’action renforcé, destiné à redresser les résultats de la filiale de construction de routes du conglomérat.
Lors d’une conférence de presse, mardi 31 août, Martin Bouygues, président directeur général, a expliqué que « suite aux résultats électoraux, à la fois à La Réunion et en Slovaquie, ces projets ont été abandonnés. Il s’agissait de projets sur lesquels nous étions désignés, nous avions fait tout le parcours et investi des sommes considérables en études commerciales ». « Ces annulations ont donc un impact non négligeable chez Colas », a-t-il ajouté.

2.400 emplois supprimés en Europe centrale

Bouygues avait tenté de mobiliser pour récupérer le projet du tram-train, qui avait été officialisé par l’Elyssée en 2007. Mais en vain, le géant du BTP devra réduire les effectifs, après avoir gelé ses investissements en début d’année, pour faire face à la crise. Bouygues ne licenciera pas directement dans notre île, mais l’absence du tram-train conduit des milliers de Réunionnais au chômage. D’autant que le secteur du BTP est en crise, et que l’avenir risque ne s’assombrir pour les professionnels du bâtiment. En effet, la décision de Didier Robert d’arrêter les chantiers porte un coup supplémentaire sur le secteur, et sur les milliers de Réunionnais sans emploi.

Un tram-train tant attendu

Le 29 avril 2010, lors de l’assemblée de l’IPAC (Association Initiatives pour un Actionnariat Citoyen), Martin Bouygues avait expliqué que le projet du tram-train est « un sujet important ». A la question « Y a-t-il une chance de récupérer le projet du tram-train de La Réunion ? », le PDG a répondu : « Nous sommes officiellement adjudicataires. L’État et la Région doivent faire leurs meilleurs efforts pour le montage financier. Notre groupement a investi des sommes considérables sur plusieurs années pour étudier cette opération. S’il faut faire évoluer le projet, nous y sommes prêts ».
Cinq jours plutôt, il a déclaré, à l’annonce de la fin du tram-train par Didier Robert : « On ne s’est jamais fait avoir ailleurs dans le monde, ce n’est pas à La Réunion qu’on va commencer ». Cependant, la politique aurait le pas sur le développement de La Réunion, malgré les appels de Martin Bouygues, le projet du tram-train a bel et bien été arrêté.

Céline Tabou


Kanalreunion.com