Luttes sociales

Bravoure tous les jours

Mères célibataires

Témoignages.re / 11 septembre 2012

Entrons dans l’univers de certaines familles réunionnaises modestes. Et, voyons leur vie quotidienne. Aujourd’hui, celle des mères célibataires.

• Sabine : des demandes régulières et…

De retour à déposer la marmaille à l’école, elle lit les annonces gratuites d’offres d’emploi. Formée comme secrétaire, ses diverses demandes à ce poste sont restées vaines. C’est à “Femmes de ménage” où elle est aussi expérimentée, qu’elle postule. L’intéressent les demandes déclarées et du Nord. Bloc-notes en main, elle les recense et les appelle au fur et à mesure. Lorsqu’on l’a quitté hier, un rendez-vous avait été pris auprès d’une personne âgée.

• Patricia : un CCD plus une formation

Tout comme Sabine, Patricia que l’on a rencontrée dans une édition précédente a vu sa situation s’améliorer. Elle était en fin de droit d’allocation chômage. Elle a écrit à de nombreuses entreprises. Elle a répondu à bien des annonces. Dans les deux cas à la clé, des réponses négatives. Sauf qu’à force de « persévérance », elle a décroché récemment un emploi à mi-temps dans ce domaine. Et également une formation qui y est liée. Ce job est un CDD dont elle a l’assurance qu’il sera renouvelé.

Christelle : femme valeureuse

La galère, cette situation, elle l’a connue et s’efforce de s’en sortir jour après jour. Femme courage, on peut l’appeler ainsi. Elle va de petits boulots en petits boulots : quelques heures à effectuer le ménage par ci, le repassage par là et d’autres à cuisiner. Fort heureusement que ce temps est déclaré et lui rapporte 800 euros nets mensuels. Un salaire qui permet de faire vivre 3 adolescents scolarisés qui sont sa fierté. Avec assiduité, elle les suit. Les résultats sont à l hauteur.

• Virginie : « Je me reconstruis »

Pendant des années, Virgine a été victime de violences conjugales et « enfermée ». Elle a abandonnée tout — études, famille, amis — pour suivre un personnage qui disait « m’aimer ». Au sortir de cet épisode sombre de sa vie, elle a du se reconstruire. Cette étape est passée par une remise à niveau et l’entrée dans une formation. Aujourd’hui, elle travaille dans le domaine de la petite enfance. Récemment, ces fils à leur majorité sont venus la rejoindre.

Demain : rencontre avec de jeunes majeurs.


JFN


Kanalreunion.com