Luttes sociales

Caillé ne fera pas de concession en 2011

Placé sous procédure de sauvegarde

Témoignages.re / 8 janvier 2011

« Pour faire face à l’apurement du passif, chaque société du groupe devra apporter sa contribution à la constitution du résultat global : l’époque où certaines activités déficitaires étaient maintenues par subvention des autres est révolue. Toute activité qui ne serait pas rentable dès 2011 sera systématiquement sortie du périmètre du groupe ». C’est le message adressé par François Caillé, PDG du groupe du même nom, à ses salariés dans un courrier qu’il leur a envoyé fin 2010. En effet, l’objectif pour le chef d’entreprise est de revenir à la profitabilité en 2011.

Le groupe Caillé est sous procédure de sauvegarde depuis le 30 mars 2010. Pendant près de 9 mois, François Caillé a procédé à des restructurations au sein de son groupe. Quatre entreprises ont été mises en liquidation judicaire, Guest, Conforama, C2M (informatique) et Cap Mascareignes (vente de bateaux de plaisance). L’enseigne Cars a été cédée à la société Auto Plus. Des salariés ont été licenciés dans les branches Automobile et Grande distribution. A l’heure actuelle, 45 entreprises du groupe sont sous procédure de sauvegarde.

« Ce chantier, titanesque autant que vital dans un contexte compliqué et un calendrier serré, est aujourd’hui finalisé. Nos entreprises sont désormais engagées sur la voie de l’équilibre », se félicite François Caillé dans son courrier adressé aux salariés. « Notre groupe, désormais recentré sur ses deux métiers historiques, est en état de marche pour retrouver la profitabilité dès 2011 », ajoute-t-il. « Il est bien évidemment trop tôt pour se penser sortis d’affaire », nuance-t-il.

Pour parvenir à cette profitabilité, le PDG du groupe est clair : « Pour faire face à l’apurement du passif, chaque société du groupe devra apporter sa contribution à la constitution du résultat global : l’époque où certaines activités déficitaires étaient maintenues par subvention des autres est révolue. Toute activité qui ne serait pas rentable dès 2011 sera systématiquement sortie du périmètre du groupe », souligne-t-il.

« Dans les jours qui viennent seront entamées, sous l’égide du CIRI (NDLR – Comité interministériel de restructuration industrielle), les négociations, notamment avec les établissements financiers », annonce François Caillé. But de ces négociations, « retraiter la dette en regard de notre capacité financière ». Le montant du passif estimé pour le groupe est actuellement d’environ 250 millions d’euros.

Les premières décisions du groupe pour l’année 2011 devraient ainsi être connues le 26 janvier prochain. François Caillé a rendez-vous au Tribunal de Commerce pour un nouveau point d’étape sur la procédure en cours. Il y présentera une ébauche du plan d’apurement des dettes ainsi que les business plan 2011 et 2012 « confirmant le retour à la rentabilité du groupe ». Mais le chef d’entreprise est conscient que le principal rendez-vous est prévu pour mars 2011. Mois qui marquera la fin de la période d’observation et l’ouverture d’une nouvelle procédure, si les juges estiment que le plan d’apurement définitif est valable.

Mounice Najafaly pour Imaz Press Réunion


Kanalreunion.com