Luttes sociales

Cartes de presse : « premières demandes » en chute libre à La Réunion

Droits sociaux

Témoignages.re / 26 janvier 2016

Le Syndicat national des journalistes, SNJ-Réunion, note une baisse inquiétante des « premières demandes » de cartes de presse. Une situation inquiétante, déplore le syndicat.

JPEG - 48.4 ko

« Il est encore trop tôt pour établir un bilan des cartes de presse délivrées à la Réunion et à Mayotte. Ce début d’année coïncide avec la période de renouvellement et il faut attendre quelques semaines, que la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP) ait achevé ce lourd travail pour savoir combien « d’encartés » comptent La Réunion et Mayotte.

Malgré tout, on peut déjà établir le détail des « premières demandes ». Avec un constat alarmant : ce nombre est en net recul. Huit premières demandes ont été effectuées à La Réunion en 2015. On en avait dénombré 13 en 2013 et 16 en 2014. Toutes ont abouti à des réponses favorables.

Parmi ces 8 premières demandes, 3 émanent de la presse écrite, 3 de la télévision, 1 de la radio et 1 d’un site Internet. Au niveau de la parité hommes/femmes, c’est l’égalité parfaite, avec 4 demandes de chaque côté. A ce bilan réunionnais, il faut ajouter les 3 cartes demandées (et attribuées) par des journalistes mahorais, une pour la presse écrite et deux pour la TV.

Alors que le nombre total de premières demande diminue assez peu dans l’ensemble des Dom-Tom (34 en 2015 contre 38 en 2014), la chute libre enregistrée à La Réunion est inquiétante. A l’heure où les employeurs négligent de plus en plus le statut des journalistes, la carte de presse est un vrai moyen de résistance, pour la reconnaissance d’une profession, la reconnaissance de ses droits et de ses missions. »

Flavien Rosso, correspondant régional de la CCIJP


Kanalreunion.com