Luttes sociales

Centre de tri de Pierrefonds : Une provocation faite aux 168.700 demandeurs d’emplois de La Réunion

Lutte pour l’emploi

Témoignages.re / 12 février 2014

L’AJFER Nou lé Kapab réagit à l’information annonçant que sur le chantier de la modernisation du centre de tri de Pierrefonds, près de la moitié des personnes embauchées viennent de l’extérieur de La Réunion.

« Nous apprenons, par les médias, le recrutement de personnes venant de l’extérieur pour occuper des postes disponibles sur le chantier du centre de tri de Pierrefonds.

En effet, l’intercommunalité du Sud, la CIVIS, a décidé d’attribuer le marché à la société Ar-Val basée à Saint-Avé dans le Morbihan. Seule entreprise à avoir répondu à l’appel d’offres, la société a embauché 30 personnes dont 12 personnes venues de l’extérieur.

Avec le taux de chômage record que connaît notre île et notamment chez les jeunes, il n’est pas acceptable que plus du tiers des postes disponibles pour ce chantier échappent aux Réunionnais.

Une fois de plus, la réalité nous démontre que dans les faits nous sommes très loin des beaux discours pour la priorité à l’embauche des Réunionnais. Les élus et les dirigeants de la CIVIS ont une responsabilité face à cette situation et doivent se mobiliser.

Dans le contexte économique et social que connaît notre île, voir 12 emplois échapper aux personnes de La Réunion est une véritable provocation.

Face à cette situation, l’AJFER-Nou Lé Kapab rappelle la nécessité de l’anticipation des besoins, afin de pouvoir adapter les formations. Une de nos propositions, qui consiste à obliger les employeurs à déposer leurs offres au Pôle Emploi, aurait permis d’éviter une telle situation.

Au delà du fait que 55% des offres d’emploi échappent au Pôle Emploi, et dans le cas où le Pôle Emploi n’aurait pas les compétences requises, des formations spécifiques peuvent être mises en place.

Cela a été le cas sur la construction de la centrale EDF du Port, et la destruction de l’ancienne centrale, où suite à la mobilisation de l’AJFER-Nou Lé Kapab et des organisations syndicales, les postes disponibles ont été occupés par des Réunionnais(e).

Des solutions existent, et notre île ne manque pas de jeunes diplômés et compétents pour occuper tous les postes disponibles à La Réunion. La priorité à l’embauche des réunionnais est une question de volonté politique.

L’écart entre les paroles et les actes est de plus en plus important, surtout à la veille d’échéances électorales. Nous appelons les responsables politiques, plus particulièrement ceux de la CIVIS, à tout mettre en œuvre pour que les réunionnaises et les réunionnais puissent participer activement à la construction de notre pays.
Nou lé kapab dan nout péi.

Pour l’AJFER-Nou Lé Kapab
Gilles Leperlier,
Président »


Kanalreunion.com