Luttes sociales

« Ceux qui défendent les droits des Réunionnais à travailler à La Réunion et la liberté de travailler ce sont les dockers »

Paul Vergès (sénateur de La Réunion)

Céline Tabou / 17 mai 2013

Intervention de Paul Vergès lors du meeting face à une situation d’urgence, organisé jeudi 16 mai devant l’entrée du Port-Est à La Réunion.

JPEG - 54.6 ko
Paul Vergès

Lors de son intervention, le sénateur a expliqué que « l’objectif de la grève est que l’on empêche les dockers de jouer leur rôle ». En effet, face au licenciement de 19 personnes, ce dernier a évoqué le contexte où plus de 150.000 Réunionnais sont au chômage et plus de 165.000 sont en âge de travailler et n’ont pas d’emploi. L’annonce des licenciements est « la démonstration de ce que l’on dénonce depuis 60 ans qui est qu’aujourd’hui on ne peut plus continuer comme ça », a expliqué Paul Vergès. « Il aura suffi de douze jours de grève pour que La Réunion soit paralysée » parce que l’économie réunionnaise est basée sur des denrées et des produits venus par bateau. « Toute notre économie dépend de l’arrivée des bateaux », a-t-il déclaré. Pointant du doigt ceux qui « dénoncent aujourd’hui le système alors qu’ils l’ont mis en place », Paul Vergès a dénoncé « l’obstination des patrons qui veulent le monopole », responsable du blocage du Port. Si aujourd’hui « toute La Réunion est victime », c’est à cause de « l’obstination d’un patron ». « La lutte des dockers doit être la bataille de tous les Réunionnais. Ils disent qu’il faut en finir avec la grève, pourquoi est ce qu’ils ne disent pas aux patrons d’arrêter », a indiqué Paul Vergès.

« Aujourd’hui, il y a quelque chose de clair. Les politiques disent aujourd’hui qu’il faut abattre les monopoles, mais quand des patrons font ça, où sont les ministres et les parlementaires ? ». Rappelant l’attitude des élus qui entreront en campagne et « diront vote pour moi, je vais changer les choses. C’est maintenant qu’il faut que les choses bougent, pas dans neuf mois quand il y aura les élections ». « La réalité est un sens de la responsabilité pour changer les choses, mais qui est responsable, quand il y a besoin de décharger du riz à un euro ce sont les dockers, qui est responsable, quand il y a besoin de sortir les denrées périssables ? Les dockers », a expliqué Paul Vergès.

Ce dernier a affirmé que « ceux qui ont le sens des responsabilités et de l’intérêt général, ce sont les dockers et les travailleurs ». Rappelant les dispositions de la défiscalisation qui a permis au patronat d’obtenir des aides d’État, le sénateur a souligné qu’« ils ont eu de l’argent pour licencier et mettre au chômage des personnes qui feront comment pour vivre, payer leurs loyers et leurs factures ? Ils disent, on a besoin de les foutre dehors, c’est tout. Donc ceux qui défendent les droits des travailleurs et l’emploi à La Réunion, ce sont les dockers ».

Après douze jours de grève, « le patronat veut courber les travailleurs et qu’ils capitulent devant eux. C’est une grande leçon, car ceux qui défendent les droits des Réunionnais à travailler à La Réunion et la liberté de travailler ce sont les dockers. Et ceux qui attaquent les travailleurs sont ceux qui viennent de l’extérieur. Le moment est venu de dire comme Laurent l’a dit : « Nou lé pa plus, nou lé pa moin. Rèspèkt a nou ». « Où sont nos parlementaires ? On donne 48h au préfet pour trouver une solution où la mobilisation s’intensifiera. Chacun doit prendre ses responsabilités, les dockers doivent soulever cette victoire ».


Kanalreunion.com