Luttes sociales

CGTR-Est : « SIB : cinq emplois sauvés… grâce aux subventions publiques »

Les dessous d’un coup médiatique du maire du Port et de Huguette Bello

Témoignages.re / 20 novembre 2014

Le bulletin de l’Union régionale Est de la CGTR apporte un éclairage sur le sauvetage médiatique de quelques emplois au Port sur les dizaines supprimés par Colgate-Palmolive. Non seulement Marbour a pu obtenir une denrée très rare, du foncier, sans être obligé de reprendre tout le personnel de la SIB, mais en plus le patron de Marbour a conditionné l’embauche de 5 travailleurs à une subvention de plusieurs dizaines de milliers d’euros de fonds publics. Ce dernier point suscite l’indignation des syndicalistes, comme cela est expliqué ci-après.

JPEG - 52.6 ko

Huit mois après la fermeture de la SIB au Port et le licenciement d’une trentaine de salariés, le groupe Marbour (qui contrôle Edena, Soboriz et Huiles de Bourbon) s’est porté candidat à la reprise d’une activité de stockage sur le site occupé par la SIB. Cinq travailleurs de cette entreprise seront repris par Logsymar, une filiale de Marbour, cette année. Quatre autres pourraient retrouver du travail dans d’autres filiales du groupe l’an prochain.

Si on ne peut que se réjouir de voir ces travailleurs privés d’emploi retrouver un travail, il n’en reste pas moins qu’une vingtaine de salariés de la SIB reste toujours sans emploi.
A cela s’ajoute que ce résultat n’a été obtenu qu’en échange de nouvelles subventions publiques négociées dans le cadre d’un plan de « redynamisation » économique en présence du maire du Port et attribuées à Marbour qui se verra gratifier d’une aide de 10 000 euros par emplois créé pendant trois ans !

On peut ainsi constater qu’aux pratiques écœurantes du groupe Colgate Palmolive succèdent celles pas plus ragoûtantes du groupe Marbour.
Les capitalistes ne créent pas d’emplois aujourd’hui. Ils en détruisent de plus en plus et quand ils prétendent en créer, c’est avec les fonds publics.


Kanalreunion.com