Luttes sociales

CGTR : solidarité avec les travailleurs d’Air France

Lutte pour l’emploi

Témoignages.re / 23 octobre 2015

Dans une déclaration intitulée « Ces voyous de salariés et leurs complices syndicalistes ou le crime de lèse capital », la Confédération générale du travail de La Réunion (CGTR) affirme sa solidarité avec les travailleurs d’Air France en lutte.

JPEG - 44.6 ko

« Extraire un fait d’actualité de son contexte pour confondre la poutre et la paille. Délivrer le message idéologique et mieux faire dire à la réalité, qu’importe, ce qu’elle ne dit pas. « Ces s… ps de travailleurs qui se criminalisent : trop c’est trop : c’est le moment de sévir, Justice doit rester à la force… patronale.

Exit le climat de violence créé par la direction : après 15 000 emplois supprimés, 2900 en plus. Des milliers de familles brisées sur l’autel du roi Mammon.

La banalisation quotidienne de la violence du capital contre la mise en boucle intempestive de ce fait d’actualité sociale sur les principaux médias dans le monde.

L’opération idéologique menée tambour battant par le patronat et ses affidés politiques avec la complicité active du quatrième pouvoir aux mains du grand capital !

La violence, c’est les mots et coups de menton de Valls et de Macron : les patrons voyous ça n’existe pas pour eux, ils vont les chercher chez les sans dents.

La violence, c’est le coup de force du gouvernement pour imposer l’accord minoritaire lors des négociations du PPCR se décrédibilisant totalement quant à sa volonté de voir émerger une démocratie sociale, portant un coup au « dialogue social » pourtant son alpha et oméga en la matière.

La violence, ceux sont les propos d’un dirigeant d’Air France plus qu’équivoques sur ce que c’est qu’un enfant aujourd’hui et ce qu’il était hier en parlant de l’interdiction du travail des enfants.

La violence contre le peuple et la nation grecs coupables de vouloir décliner la démocratie et la souveraineté nationale.

Violente, immorale, la loi Macron qui dit qu’un travailleur licencié à tort ne sera pas pour autant indemnisé ni réintégré !

La violence dans la tromperie : « n’ayez crainte, on ne touchera pas aux 35h » dit Hollande alors que Smart fait le contraire dans le silence assourdissant des donneurs de leçons ès responsabilité et que la loi Rebsamen permet de négocier la durée du travail par accord d’entreprise.

Nos revendications (emploi, salaires et minimas sociaux, conditions de travail, services publics, égalité de genre…) sont notre antidote à la violence patronale et gouvernemental.

La CGTR le 23 octobre 2015
Ivan Hoareau CGTR »


Kanalreunion.com