Luttes sociales

Chômage record dans l’Union européenne

Plus de 26,5 millions de travailleurs sans emploi

Céline Tabou / 6 juin 2013

Le chômage dans la zone euro a atteint un nouveau record en avril à 12,2% de la population active, selon l’office européen des statistiques Eurostat. Plus de 26,5 millions de personnes étaient au chômage en avril dans l’Union européenne, dont 19,375 millions dans la zone euro.

Par rapport à mars 2013, le nombre de chômeurs a augmenté de 104.000 dans l’UE27 et de 95.000 dans la zone euro, a indiqué Eurostat. Le chômage s’est accru de 1,673 million de personnes dans l’UE27 et de 1,644 million dans la zone euro, par rapport à avril 2012.

Une situation morose

Dans les États membres, les taux de chômage les plus faibles ont été enregistrés en Autriche avec 4,9%, 5,4% en Allemagne et 5,6% au Luxembourg. A contrario, les taux les plus élevés sont en Grèce avec 27,0% en février 2013, 26,8% en Espagne et 17,8% au Portugal. Sur un an, le taux de chômage a augmenté dans 18 États membres notamment en Grèce (de 21,9% à 27,0% entre février 2012 et février 2013), à Chypre (de 11,2% à 15,6%), en Espagne (de 24,4% à 26,8%) et au Portugal (de 15,4% à 17,8%). Dans neuf pays, le taux a baissé dans neuf pays en Lettonie (de 15,5% à 12,4% entre les premiers trimestres 2012 et 2013), en Estonie (de 10,6% à 8,7% entre mars 2012 et mars 2013) et en Irlande (de 14,9% à 13,5%).

La situation est préoccupante d’après les experts. D’après les analystes la situation ne devrait pas changer, même si la récession se résorbe doucement dans la zone euro. « Le marché du travail risque lui de rester en dépression jusqu’à l’année prochaine », a indiqué un économiste ING. À Shanghai, le président de la Banque Centrale européenne, Mario Draghi a tenté lundi 3 mai de rassurer le monde financier, en indiquant qu’il y « avait quelques signes d’une possible stabilisation ». Ce dernier a estimé que son scénario de base demeurait celui « d’une très graduelle reprise, commençant à la fin de cette année ».

Une croissance nulle et un marché en berne

Cependant pour Cédric Thellier, expert chez Natixis, cité par La Croix, la réunion des gouverneurs de la BCE devrait revoir « à la baisse des prévisions trimestrielles de croissance. La zone euro devrait connaître une croissance négative pour cette année de – 0,7%. Certes, il y a un consensus pour estimer que la zone euro va aller un peu mieux, mais cela n’exemptera pas la BCE de faire plus pour la croissance ». De son côté, Benoît Heitz, à la Société générale, a indiqué que « cela fait deux ans que la croissance est nulle. Le PIB du premier trimestre est inférieur à celui du premier trimestre 2011 ?! ».

En dépit de ces récentes données, Mario Draghi a assuré que « l’union aujourd’hui est plus solide et forme une union plus stable qu’auparavant, parce que la conviction générale est qu’elle va demeurer ». Cela s’explique par l’annonce de ce dernier d’une intervention sans limite de la BCE, freinant ainsi l’éclatement de la zone euro. En effet, l’Espagne et l’Italie peuvent se refinancer à des taux « acceptables » sur les marchés et emprunter à 4,5%, au lieu de 7% avant l’été dernier pour l’Italie, par exemple.

Le chômage des jeunes : préoccupation majeure

Quelques jours après l’annonce de François Hollande et d’Angela Merkel, d’un plan d’action pour lutter contre le chômage des jeunes, Eurostat annonce une hausse record du chômage chez les jeunes. La chancelière et le président français prévoient une enveloppe de 6 milliards d’euros sur deux ans pour l’emploi des jeunes dans les régions les plus touchées.

En avril 2013, 5,627 millions de jeunes de moins de 25 ans étaient au chômage dans l’UE27 soit 23,5%, dont 3,624 millions dans la zone euro (24,4%). Par rapport à avril 2012, le nombre de jeunes chômeurs a augmenté de 100.000 dans l’UE27 et de 188.000 dans la zone euro. Les taux les plus bas en avril 2013 ont été observés en Allemagne (7,5%), en Autriche (8,0%) et aux Pays-Bas (10,6%), et les plus élevés en Grèce (62,5% en février 2013), en Espagne (56,4%), au Portugal (42,5%) et en Italie (40,5%), a noté l’institut européen.

De son côté, le président de l’Union européenne, Herman Van Rompuy, a incité les dirigeants européens à accentuer leurs efforts sur la lutte contre le chômage des jeunes. Dans une lettre aux chefs d’État et de gouvernement de l’UE, ce dernier a souligné qu’il fallait faire de ce thème, une priorité du prochain sommet des 27 et 28 juin. « Le nombre de personnes sans emploi dans l’Union, notamment parmi les jeunes, a atteint des niveaux record », a-t-il indiqué, ajoutant que ce taux est devenu « un des problèmes les plus urgents dans la plupart, si ce n’est dans tous, les États membres. C’est pourquoi nous devons faire tout notre possible pour le gérer ensemble ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com